Krasnodar en février 2010. Crédits: Vladimir Anosov / Kommersant

Krasnodar, capitale du Sud

Читать на русскомTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Krasnodar sans jamais oser le demander – en dix points. Par Vera Gaufman, Krasnodarienne fervente. Krasnodar, c'est le Sud. Le vrai, le chaud, le tapageur, à l’accent bien prononcé. Quand on sort de l’avion à Moscou, ce sont des odeurs d’essence, d’asphalte et d’argent qui vous sautent au nez. À Krasnodar, rien de tel : on s’y délecte d’arômes de champs de blé et de tranquillité. Tout pousse, chez nous – même les palmiers. Et quand on me dit « Tu es russe, tu dois avoir l’habitude du froid », je réponds : « Non, chez nous, à Krasnodar, à -10°, les écoles ferment. » Et la neige, dans toute mon enfance, je ne l’ai vue que trois fois. Krasnodar, c'est un « petit Paris » (aux dires d’un écrivain local). On a des boulevards et des platanes, et nous sommes aussi situés sur le 45ème parallèle (le 46ème, en réalité – mais qui compte ?). L’obsession de Paris était particulièrement forte chez les dirigeants de la ville dans les années 2000. Heureusement, la crise de 2008 les a empêchés de parvenir à la similitude complète en démolissant mon cinéma préféré pour y bâtir une Tour Eiffel.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015