Le Courrier de Russie

Novossibirsk, capitale de la bière ?

Novossibirsk est proclamée non seulement capitale officieuse de la Sibérie, mais aussi capitale de la bière – et pas seulement de la Sibérie, mais peut-être de toute la mère-Russie.

« Le peuple de Novossibirsk est pourtant chouette. Des gens épatants. Mais je ne comprends pas pourquoi cette ville est championne en quantité de débits de bière et de salles de sport en même temps » s’est récemment indigné le journaliste moscovite Soloviov à l’intention de l’actuel gouverneur de Novossibirsk Vladimir Gorodetsky.

En cause, une enquête du cabinet 2GIS, selon laquelle Novossibirsk, sur 51 grandes villes russes, est celle recensant le plus grand nombre de points de vente de bière à la pression par habitant : 18 pour 100 000. Toutefois, ces données datent de l’année 2012. Depuis, la quantité de magasins de bière a presque doublé : ils sont aujourd’hui 35 pour 100 000 habitants. Il est tout à fait vraisemblable qu’une telle croissance ait été provoquée par nos remuantes autorités, qui ont interdit la vente de bière et de cigarettes dans les kiosques de rue.

Naturellement, la situation a été utilisée par les hommes d’affaires qui tiennent des points de vente au format « bière à emporter » : ils en ont presque doublé la quantité. Et comment en serait-il autrement ? C’est ça, le marché : s’il y a une demande, il y aura une offre.

Le pathos critique du journaliste moscovite est compréhensible. C’est autre chose qui ne l’est pas : pourquoi place-t-il sur un même rang, séparés par des virgules, des phénomènes aussi différents que le vol, le banditisme, les pots-de-vin, la construction sauvage, l’idiotie et la bière ? Bien sûr, certains préfèrent savourer des vins et whiskies d’élite, en remplacement du cognac français, mais le peuple, lui, dans son immense majorité, boit volontiers de la bière.

La République tchèque détient le record absolu en consommation annuelle de bière par habitant.

La bière est une boisson populaire, surtout quand elle est bonne et bon marché. Pour autant, en la matière, les Russes sont en retard à l’échelle mondiale. Les Tchèques boivent significativement plus que nous, les Allemands boivent plus, les Finlandais boivent plus – et ça va, ils vivent plus heureux que nous. Ainsi, il est peu probable qu’il faille mettre à égalité le vol avec une pinte de bière, les placer côte à côte, comme un même défaut. D’autant que Novossibirsk a une remarquable histoire de la brasserie avant la Révolution.

Essayons de nous déplacer, en pensée, cent ans en arrière. Imaginez, […]