S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Krasnoïarsk : le centre de la Russie

Krasnoïarsk : le centre de la Russie

Comment vit-on à Krasnoïarsk, cette ville de Sibérie orientale située exactement au centre de la Russie, à 4000 km de Moscou et de l’océan Pacifique ? L’hebdomadaire économique Kommersant Dengui s’est posé la question.Krasnoïarsk est le centre géographique de la Russie, mais pour l’heure, la ville ne parvient pas à tirer de sa situation le maximum d’avantages. Son aéroport ne dessert pas l’Extrême-Orient ni la Sibérie. Un habitant de Krasnoïarsk souhaitant aller en vacances sur le lac Baïkal ou en Yakoutie est obligé de passer par Moscou.Malgré son isolement au centre d’un pays immense,Krasnoïarsk a une vie propre dynamique, en évolution : en 2019, la ville doit accueillir les Universiades. C’est aussi là que le gouvernement a décidé de construire l’Université fédérale de Sibérie. Comme l’explique Karen Vartapetov, expert de notation financière chez Standard & Poor's, Krasnoïarsk bénéficie d’un lobby important à Moscou. L’adjoint actuel du Premier ministre Alexandre Khloponine, notamment, a été gouverneur de la région de 2002 à 2010. L’actuel ministre de l’énergie, Alexandre Novak, a également été adjoint du gouverneur de Krasnoïarsk. Ces hommes promeuvent forcément les intérêts de leur ville natale au sein du gouvernement fédéral. Ce n’est peut-être pas par hasard, d’ailleurs, que Vladimir Poutine a récemment annoncé la possibilité de transférer prochainement une partie des organes du pouvoir central à Krasnoïarsk.Krasnoïarsk prétend en effet au statut de « capitale de la Sibérie », disputant constamment ce titre officieux à Novossibirsk, autre ville importante de la région. La concurrence entre Krasnoïarsk et Novossibirsk est réelle, et touche même, à en croire le maire de Krasnoïarsk Edkham Akboulatov, la mentalité des habitants. Les deux villes aspirent à devenir le centre économique qui relierait la Russie aux marchés émergents d’Asie.Pour l’heure, Krasnoïarsk le cède à Novossibirsk sur de nombreux aspects. Ainsi, le budget de la ville est un des plus modestes parmi les villes millionnaires de Russie : 28,5 milliards de roubles en 2012. Seules Omsk et Volgograd ont des budgets inférieurs. Et pourtant, la région de Krasnoïarsk est beaucoup plus riche en ressources naturelles que celle de Novossibirsk. Le kraï de Krasnoïarsk, qui s’étend sur plus de deux millions de km2, regorge de bois, de pétrole et de minerais. Mais leur extraction et leur exploitation n’apportent rien au budget de la ville. Les plus grandes entreprises du secteur – Norilsk Nickel, l’Usine d’aluminium de Krasnoïarsk et Vankorneft, une des filiales de Rosneft – paient leurs impôts non à Krasnoïarsk, mais à Norilsk et à Moscou.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Inna Doulkina