Tcheliabinsk : une vie après la météorite

Tcheliabinsk : une vie après la météorite

Les habitants de Tcheliabinsk ne veulent pas faire de l'argent sur la météorite. C’est la conclusion qu’a tirée la correspondante de Gazeta.Ru de sa visite de la ville trois mois après la chute de l’astéroïde. Difficile de trouver dans l’oblast de Tcheliabinsk un business lié à l’hôte cosmique, alors que les autorités locales prévoyaient au départ d’attirer les touristes dans la région grâce à la météorite dont le monde entier a entendu parler.

Tergiversations sur la météorite

De Moscou jusqu’à la ville ouralienne de Tcheliabinsk, il y a deux heures d’avion, ou plus de 36 heures de train. Le thème cosmique arrive en tête dans les conversations des passagers. Ceux qui voyagent en train ont plus de prétextes à converser : les rails passent sur la rive du lac Tchebarkul, dans le fond duquel repose jusqu’aujourd’hui le plus gros éclat de l’astéroïde qui a explosé le 15 février 2013 au-dessus de la région. Le maire de la ville du même nom, Andreï Orlov, assure que la localisation du corps céleste a été établie, et que ses dimensions sont importantes – de la taille d’un être humain.Les scientifiques de Tcheliabinsk, quant à eux, disent que le lieu précis où repose la météorite n’a pas encore été découvert, et qu’à en juger par le diamètre de l’ouverture dans la glace, la pierre serait plutôt de la taille d’une pastèque. Quoi qu’il en soit, l’hôte cosmique repose toujours dans le lac – unique source d’eau potable pour la ville de Tchebarkul. « Les premiers temps, nous faisions des analyses toutes les heures : car personne ne savait à quoi s’attendre », dit Orlov. Mais la composition chimique de l’eau n’a pas changé. Aujourd’hui, elle est contrôlée deux-trois fois par 24h.Pour l’heure, personne ne peut répondre à la question de savoir quand on remontera la météorite hors du lac. « Aux dernières nouvelles, le maire de Tchebarkul répondra du remontage de la météorite », a annoncé récemment le service presse du gouvernement de la Ville de Tcheliabinsk.Orlov assure quant à lui que personne ne plongera pour repêcher la pierre céleste avant l’hiver prochain : « Il y a dix mètres d’eau, et elle s’est encore enfoncée de 2,5 mètres dans les dépôts de limon. Il faut attendre que le lac gèle.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019