météorite fenêtres brisées

Pluie de météorites : témoignages des rescapés

Les deux bâtiments du collège de mécanique industrielle de Tcheliabinsk se dressent l’un près de l’autre et ne se ressemblent pas : l’un semble neuf, le second a l’air abandonné. Suite à la pluie de météorites qui s’est abattue dans le sud de la Russie vendredi 15 février, les Ouraliens se mobilisent pour redonner belle allure à Tcheliabinsk, la ville la plus endommagée. Témoignages.

Les habitants de Tcheliabinsk ont presque tous cru, au départ, à des attentats terroristes, des bombardements militaires ou un crash d’avion. Le chef du ministère régional des situations d’urgence de la région confie avoir également pensé à une attaque armée. Certaines personnes, pourtant, n’ont pas paniqué. Sergueï Zamozdra, astrophysicien, a observé l’explosion depuis son bureau. Il a immédiatement compris qu’il s’agissait d’un de ces phénomènes naturels rares dont il parle à ses étudiants. « Il ne faisait aucun doute que c’était un bolide. La dimension, la vitesse et l’étendue du nuage parlaient d’eux-mêmes : cette météorite était beaucoup plus grande qu’un avion », précise le scientifique. Au lieu de prendre peur, il a couru vers les fenêtres de son bureau pour mieux voir. « J’ai dit à tout le monde qu’un bolide avait probablement plongé quelque part dans le lac Tchebarkoul. J’étais terriblement excité à l’idée d’être témoin d’un phénomène aussi exceptionnel », poursuit-il.

Samedi matin, au lendemain de l’événement, des publicités vantant les mérites des fenêtres en plastique étaient placardées sur tous les perrons de la ville et les maisons scintillaient de leurs nouvelles vitres impeccables. « Petrovitch, on recherche les gens dont les fenêtres ont éclaté – toi, tu n’as même pas de vitres ! », s’exclame une résidente de la rue Komarov en se dirigeant vers un groupe d’hommes éméchés. Comme la plupart des habitants, la voisine de Petrovitch, Valentina Dorodina, a vu en premier lieu l’éclair. Mais quand les fenêtres de son appartement ont explosé, deux minutes plus tard, elle n’a pas fait le lien. Elle a téléphoné à l’agence qui lui loue son logement pour savoir quoi faire et leur assurer qu’elle n’y était pour rien. C’est une autre voisine qui a fini par lui expliquer, pour la météorite.

Le théâtre

Pour tout dire, on ne parle plus que des mérites du plastique, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Mélanie Moxhet

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (3/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties. Retrouvez le début du classement ici Note de la rédaction de Forbes – méthodologieEn Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas  négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.21. Saint-Pétersbourg Population : 5 000 000 habitants Salaire moyen : 29 500 roubles (667 euros) Localisation : centre administratif de la région de Leningrad, nord-ouest de la Russie Saint-Pétersbourg est la ville qui compte la plus grande quantité de petites entreprises pour 100 000 habitants en Russie. Paradoxalement, c’est l’unique mégapole du pays où sont mises en vente et en location des habitations municipales dépourvues d’électricité. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 septembre 2013
Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (2/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties. Retrouvez le début du classement ici Note de la rédaction de Forbes – méthodologie En Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.11. Nijni Novgorod Population : 1 300 000 habitants Salaire moyen : 24 600 roubles (556 euros) Localisation : centre administratif de la région de Nijni Novgorod, sur le bassin de la Volga Le centre d’exposition Nijegorodskaïa iarmarka n’est pas le seul souvenir de la ville commerciale qu’était Nijni Novgorod autrefois. La nette hausse du chiffre d’affaires du commerce de détail, à hauteur de 11 % en 2012, se charge aussi de le rappeler. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

9 septembre 2013
Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (1/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties.Note de la rédaction de Forbes – méthodologie En Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.1. Kaliningrad Population : 440 000 habitants Salaire moyen : 24 200 roubles (547 euros) Localisation : région de Kaliningrad, au bord de la mer Baltique, entre la Pologne et la Lituanie Kaliningrad est la mère patrie de Lioudmila Poutina, la « Première Dame » de Russie. Bien entendu, cela ne justifie en rien la relation particulière qu’entretient le Kremlin avec la région. Kaliningrad est une enclave européenne, où la protestation gronde : lors des élections présidentielles de mars 2012, Poutine n’y a récolté que 52,55 % des voix, seule Moscou enregistrant un pourcentage inférieur, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

5 septembre 2013
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'