Toute l'équipe du Courrier de Russie fait une pause pour les fêtes. Nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année 2021

La météorite de Tcheliabinsk aura bientôt un nom

La météorite de Tcheliabinsk aura bientôt un nom

Des scientifiques procèdent actuellement à une analyse chimique des fragments de la météorite qui s’est écrasée à Tcheliabinsk le vendredi 15 février. La population tente de faire face à la catastrophe et à ses retombées.

météorite fragments. La météorite de Tcheliabinsk aura bientôt un nom

« Nous venons de terminer les analyses chimiques et confirmons que les particules de matière trouvées lors de l’expédition aux alentours du lac Tchebarkoul sont bien de nature météoritique. Plus précisément, il s’agit d’une météorite rocheuse, une chondrite ordinaire. Nous avons décelé tous les minéraux caractéristiques : fer métallique, olivine et sulfite », a annoncé Viktor Grokhovskiï, membre du comité de l’Académie russe des sciences spécialisé sur les météorites et chercheur à l’université fédérale de l’Oural.

Sur les sept météorites tombées dans la région de Tchelyabinsk, l’une a effectivement plongé dans le lac Tchebarkoul, creusant un trou béant de 8 mètres de diamètre dans la surface gelée.

Les scientifiques vont procéder à une analyse chimique plus complète avant d’inscrire la météorite au catalogue international sous le nom « météorite Tchebarkoul ».

Rappelons qu’une pluie de météorites s’est abattue le 15 février au matin sur le sud de la Russie, bouleversant le quotidien des habitants des régions de Tioumensk, Kourgansk et Sverdlovsk, ainsi que du nord du Kazakhstan. Certains ont d’abord cru à une attaque militaire ou terroriste, d’autres à un crash d’avion.

C’est la région de Tchelyabinsk qui a été la plus ravagée. Selon le gouverneur Iourevitch, le coût des dégâts est déjà évalué à près d’un milliard de roubles (25 millions d’euros). Les vitres de 3 724 habitations, 670 écoles, 235 établissements de santé, 69 centres culturels et des dizaines de crèches se sont brisées.

On dénombre actuellement plus de 1 000 blessés, dont 52 hospitalisés.