Norilsk : quand il fait trop froid pour aller à l’école

Alors qu’une vague de froid s’abat actuellement sur la Russie, la journaliste Maria Makhanova se souvient pour Snob de sa jeunesse passée à Norilsk, dans le Grand Nord, et de ces jours bénis où les enfants étaient dispensés d’école quand le thermomètre frôlait… les -40°C. Vous voulez que je vous raconte comment c’était ? Quand, grâce au froid, nous n’étions pas obligés d’aller à l’école ?Cet article s’adresse à tous ceux qui se plaignent du « froid terrible et inouï » qui sévit en ce moment à Moscou… Ha ha, laissez-moi rire !Etre dispensé d’école pour cause de froid, c’est ce qui peut arriver de mieux à un écolier de Norilsk. Parce que par grand froid, on risque tout simplement de mourir sur le chemin de l’école !Je n’oublierai jamais ces moments.Le soir, quand le vent commençait à siffler derrière la fenêtre, je joignais les mains et je priais : « S’il vous plaît, mon Dieu, faites qu’il n’y ait pas école demain… » Le lendemain matin, je me levais avant la sonnerie de mon réveil : le vent soufflait toujours, il s’abattait contre la vitre, il hurlait – une véritable tempête de neige faisait rage.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Bratstvo : la sortie du film retardée par patriotisme

Traditionnellement, en Russie, les nouveaux films sortent sur les écrans le jeudi. La sortie du film Bratstvo (« Fraternité »), une évocation du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, a toutefois été décalée au vendredi 10 mai afin de ne pas coïncider avec les célébrations de la Victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie, le 9…

 

10 mai 2019

Les Russes dans l’attente de réformes

Les sondages sont formels : le nombre de Russes estimant que leur pays a besoin de réformes profondes a doublé en six ans. Le sociologue Vladimir Petoukhov dresse le bilan d’une volonté de changement qui refuse toute idée de révolution.

 

22 avril 2019

La face cachée du rêve moscovite

Moscou, ses rues arides et poussiéreuses l’été, enneigées et glaciales l’hiver… Comme toutes les mégalopoles du monde, la capitale russe a ses marginaux, ses laissés pour compte, ses sans-abris. Selon les chiffres officiels, ils seraient près de 30 000. Trois fois plus selon les ONG.

 

5 avril 2019