Le Courrier de Russie

Vyborg : le seigneur de la tour

Ivan Perchine, 18 ans, est devenu le gardien officiel du clocher médiéval de Vyborg, après en avoir réparé l’horloge, seul et de sa propre initiative. Le Courrier de Russie a rencontré le jeune artisan.

La tour de l’horloge, haute de 25 mètres, fait partie intégrante du paysage de Vyborg, cette ville de 80 000 habitants située à 135 km de Saint-Pétersbourg, tout près de la frontière russo-finlandaise.

Le clocher est visible d’à peu près partout en ville, et l’on découvre depuis son sommet un panorama spectaculaire sur la baie de Vyborg, son île et son château. À l’époque suédoise (voir encadré), la tour, édifiée en 1494, servait de clocher à la cathédrale de la ville.

Reconstruite après l’incendie qui a ravagé la ville en 1753, la tour a alors été dotée d’une horloge et d’une nouvelle cloche, apportées directement de Stockholm. Depuis la dernière restauration – à l’époque soviétique, en 1979 –, le clocher semblait oublié : il se dressait, inoccupé, visité seulement de temps à autre à l’occasion d’excursions tout à fait illégales, organisées par des enthousiastes locaux. Toutes ces années d’abandon n’ont arrangé ni le toit, de plus en plus percé, ni les revêtements intérieurs en bois, qui pourrissaient peu à peu. Mais le clocher continuait pourtant à sonner fidèlement les heures – jusqu’en 2014, année où l’horloge s’est arrêtée, et qu’il ne s’est plus trouvé personne pour la réparer.

La voix de la ville

Jusque récemment – et depuis près de 40 ans –, c’est Iouri Vdovine, habitant d’une maison voisine, qui se chargeait de veiller bénévolement sur le clocher de Vyborg. Mais l’homme, aujourd’hui âgé de 70 ans, ne peut plus assumer les fonctions de gardien de la tour : son état de santé l’empêche de monter au sommet afin de remonter l’horloge. Il vit toujours à proximité, pourtant – et il nous accueille sur le seuil de sa maison, allumant une cigarette sans filtre. « Surtout, là-haut, il ne faut pas fumer, entame-t-il, pointant le clocher du doigt. Vous imaginez : les touristes viennent, ils laissent des saletés, ils fument, jettent leurs mégots – et hop, tout brûle ! »

Le clocher de Vyborg a effectivement subi de nombreux incendies.

En 2014, les autorités de la région ont lancé des travaux de restauration de la tour, encerclant l’édifice d’un échafaudage. Mais à en croire Vladimir Tsoï, le directeur du musée de la ville, en charge de la protection de ses monuments historiques, ce chantier n’a pas été mené correctement : l’équipe de restaurateurs n’a pas réparé les fuites dans la toiture, et le clocher a continué à s’abîmer.

C’est là qu’Ivan Perchine, alors âgé de 16 ans, […]