fbpx
Faire du nouveau avec de l’ancien : la région de Vologda (se) recycle

Faire du nouveau avec de l’ancien : la région de Vologda (se) recycle

Vologda, patrie de la dentelle. Par temps de crise, on imagine la région en lambeaux – à l’image du Cholet d’hier, terre du textile français balayée par l’avènement de la « nouvelle économie ». On a tort, et l’amateur de marronniers rentrera bredouille. Si elle n’a pas de pétrole, la région de Vologda n’a pas attendu le président de la diversification pour se mettre à l’ouvrage : avec le tourisme culturel bien sûr, la sidérurgie toujours, mais aussi la construction, la restauration haut de gamme, et puis les biocarburants, et même l’industrie du père Noël… et encore la dentelle, envers et contre tout. Parti en reconnaissance sans a priori, Le Courrier de Russie a vu se dessiner une tendance remarquable dans cet affairement tous azimuts : l’exploitation des ressources locales par le « recyclage » des produits traditionnels, déchets compris.

« Il y a trois Vologda : l’historique, la territoriale et celle de la relégation. La mienne, c’est la quatrième ». Varlam Chalamov

Vologda – pays de la dentelle

La dentelle de lin pur, c’est la spécialité de la région. Impossible de laisser disparaître une activité qui est sa marque de fabrique. Entreprise rescapée, Vologodskiï tekstil a entamé un programme de modernisation de ses équipements sous la houlette de l’administration régionale, qui détient aujourd’hui un paquet de contrôle de 60%. Le problème n°1, confie Galina Borodoulina, directrice de l’entreprise, lors de la visite de la chaîne de production, c’est l’image négative du lin héritée de l’URSS, où, mélangé à la laine, il était associé à la production de vêtements bon marché, mais de piètre qualité. Mais qu’importe : « Nous aimons le lin », répète-t-elle. Avec une participation soutenue aux concours internationaux et son réseau de 10 magasins, l’entreprise a parié sur une collection de vêtements de confection en lin sur le segment moyenne gamme. Pari réaliste, dixit le quotidien Kommersant.

L’entreprise Vologodskaïa Kroujevnitsa, filiale accouchée en juin dernier au nom du soutien à l’activité – 35 emplois de dentellières ont été créés, l’objectif étant d’atteindre les 150 à maturité de l’activité –, mais aussi de la conservation de la tradition locale, a moins de visibilité que sa mère sur l’avenir que lui réservera le marché. « L’entreprise est encore en phase d’expérimentation », préviennent ses dirigeants.

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Simon Roblin

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Grèves à la sauce italienne à Togliatti

Les faits marquants de l’actualité économique de la quinzaine en Russie. Banque de Moscou : après Loujkov, le déluge ? La Banque de Moscou, dont la bonne santé dépendait de relations étroites avec la municipalité Loujkov et ses entreprises, traverse une période de troubles. Elle est aujourd’hui le théâtre de plusieurs « affaires », qui ont déjà abouti à la mise à l’écart de son président Andreï Borodine et de son vice-président Dmitriï Akoulinine, accusés d’abus de pouvoir. Le Tribunal de Moscou a pris cette décision suite à la requête du Comité d’Instruction, dans le cadre de l’enquête qu’il mène sur une escroquerie liée à l’attribution d’un crédit de 13 milliards de roubles à la société Premier Estate. La qualité et la liquidité des collatéraux apportés en garantie auraient été surévalués, et les fonds transférés in fine sur le compte personnel d’Elena Batourina, la femme de Loujkov. Borodine a également conclu à titre personnel une transaction sujette à caution. Il a vendu les 20,3% du capital de la Banque de Moscou qu’il détenait à Vitaliï Iousoufov, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 avril 2011
Économie

Sergueï Polonskiï retourne à la case départ

L’actualité économique de la quinzaine en Russie en cinq faits marquants. 1. Sergueï Polonskiï retourne à la case départ Le « charismatique » homme d’affaires pétersbourgeois, qui s’est distingué à la tête de Mirax Group à Moscou dans la construction de gratte-ciel de toutes sortes, a été nommé directeur général du centre socio-culturel et d’affaires Okhta Tsentr de Saint-Pétersbourg. Gazprom Neft, qui a fait démarrer le chantier il y a 5 ans, a révisé la conception initiale et proposé à Polonskiï de tout reprendre de zéro.Ce dernier, également connu pour avoir déclaré « qui n’a pas de millions peut aller se faire foutre », avait décliné la proposition qui lui avait déjà été faite l’année dernière, au prétexte que la société civile pétersbourgeoise était hostile au projet. Le développement qu’ont connu entre-temps ses propres activités à Saint-Pétersbourg aura eu raison de cette louable réticence. Marker, 1/ 4/2011 2. Groupe Lagardère : je vais et je viens… […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

8 avril 2011
Économie

Le crédit immobilier repart, mais pour qui ?

Le crédit immobilier repart, mais pour qui ? Les experts, Delta Credit en tête, prédisent une accélération de la reprise sur le marché du crédit hypothécaire : en 2010, 370 milliards de roubles ont été distribués, soit 44% de moins qu’en 2008, mais 2,4 fois plus qu’en 2009, année de la crise ; en 2011, c’est 580 milliards qui devraient l’être.Au nombre des facteurs de croissance, le prolongement des opérations de crédit subventionné jusqu’à la fin février et l’assouplissement des conditions de validation des dossiers, ainsi que le programme, subventionné par l’État, de construction d’un parc réservé à l’acquisition sur prêt hypothécaire. Bémol à cet optimisme, moins de 10% des Russes pourront profiter du boom annoncé aux conditions actuelles, entre un niveau élevé d’inflation qui tire à sa suite les taux d’intérêt (12,5% en 2010, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

1 avril 2011

Vous êtes actuellement hors ligne