La Yakoutie, "Nous avons des chevaux formidables, demi-sauvages"

La Yakoutie : ses rêves et ses dangers

La Yakoutie occupe un territoire qui fait cinq fois la France, avec une population ne dépassant pas le million d’habitants. La contrée abrite le village le plus froid au monde, Oïmakon, où la température, en 1938, a baissé jusqu’à moins 77°.La Yakoutie, c’est la terre des mammouths et des hommes préhistoriques, un sol riche en diamants et or noir. C’est aussi une terre de missionnaires. Parmi eux : le père Roman, évêque de Yakoutie. Il explique à la revue Foma pourquoi les Yakoutes vous regardent droit dans les yeux, et ce qu’ils font quand leur voiture tombe en panne en plein hiver.
En Yakoutie, les gens sont posés, sages et réfléchis
Quand je me suis retrouvé pour la première fois en Yakoutie, il y a deux ans, j’ai été frappé par ses dimensions gigantesques, par ses distances incommensurables. Je me suis dit que je ne devais pas attendre que les gens viennent à moi, mais aller moi-même vers eux. Je me suis mis à voyager à travers ce très beau pays et, partout, j’ai rencontré des hommes et des femmes extraordinaires. En Yakoutie, les gens sont posés, sages et réfléchis. Ils ont l’habitude de vous regarder droit dans les yeux, longuement, sans détourner le regard. Ce n’est pas de la curiosité ou un manque d’éducation. Ils vérifient simplement que votre visage n’est pas gelé. Parce qu’à moins 50°, les gens parfois ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de geler alors que leurs joues, leur nez ou leurs oreilles commencent à blanchir. Partout où je suis allé en Yakoutie, les gens, même ceux qui ne me connaissaient pas du tout, demandaient si j’étais chaudement habillé et si j’avais des chaussures convenables. C’est une sollicitude qui fait très chaud au cœur.J’ai mis du temps à m’habituer à la cuisine yakoute.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017