Dessine-moi Taroussa

Sous ses airs de modeste petite ville de province, Taroussa offre des paysages uniques et a hébergé des artistes parmi les plus célèbres de Russie. Victime de son succès, elle est aujourd’hui menacée – avec son héritage – par la construction intensive de résidences particulières. Des étudiants en architecture russes et français y ont passé ensemble une semaine, à réfléchir aux moyens de donner un second souffle à cette bourgade chère au cœur des Russes. Reportage.

Lyon – Taroussa

Tous les Russes vous diront qu’en vous éloignant de Moscou, un autre monde s’ouvre à vous : celui des petites villes. Loin de l’agitation des grands centres, elles semblent figées dans un temps révolu, avec leurs petites maisons de bois et leurs voies de communication rudimentaires. Ces cités, dont la population ne dépasse pas les 50 000 habitants, recouvrent deux tiers du territoire russe. Parmi elles : Taroussa, 10 000 habitants, sise aux abords de l’Oka.

À seulement 120 km au sud de Moscou, la bourgade n’est pourtant reliée ni aux chemins de fer, ni à aucun grand axe. On n’y accède qu’en 4X4, par des routes de terre non asphaltées et, en cette période de l’année, couvertes de neige. Ce parcours du combattant n’a pas effrayé les quatre étudiants de l’école privée d’architecture Confluence, située à Lyon, et leur professeur, Nicolas Hannequin, qui, pour leur premier voyage en Russie, ont rejoint Taroussa.

Ils y ont retrouvé un groupe d’une dizaine d’étudiants russes, de l’école d’architecture moscovite MARCH, pour réfléchir ensemble au futur de la ville.

Choc des cultures

Le groupe a commencé par se familiariser avec les lieux en arpentant Taroussa de long en large. Mais aujourd’hui, fini la balade : les jeunes gens se retrouvent dans la salle de conférence de la Maison de la littérature, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Manon Masset

Dernières nouvelles de la Russie

International

Charles Michel à Moscou : la Belgique intermédiaire entre l’UE et la Russie ?

Le Premier ministre belge Charles Michel a clôturé mercredi 31 janvier une visite de trois jours à Moscou. L’occasion pour lui de briser la glace avec les dirigeants russes. Sept ans que cela n’était plus arrivé. Le dernier déplacement d’un Premier ministre belge en Russie remontait à 2011. Pour l’occasion, Charles Michel a été reçu en grande pompe puisqu’il a rencontré son homologue russe, Dmitri Medvedev, et le président russe Vladimir Poutine. L’objectif de ce déplacement était clair : renouer le dialogue avec Moscou. Officiellement, via l’Union européenne (UE), la Belgique soutient les sanctions économiques adoptées par l’UE et les États-Unis contre la Russie depuis le début de la crise ukrainienne en 2014. Mais l’économie du royaume – son agriculture notamment – est touchée par l’embargo russe sur les produits européens (décrété en représailles aux sanctions occidentales). […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

1 février 2018
En régions

Moscou – Vladivostok en transsibérien : le carnet de voyage de Katia Gouchina

Originaire de Nijni Novgorod, où s’arrête le Transsibérien, Katia Gouchina a toujours été habituée à voyager en train de part et d’autre de la ligne ferroviaire qui relie Moscou à Vladivostok sur 9258 kilomètres. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 janvier 2018
Société

Patinage artistique : la nouvelle reine Alina Zaguitova

En remportant neuf médailles dont deux d’or, les Russes ont largement dominé les championnats d’Europe qui se déroulaient le week-end dernier à Moscou. Parmi les stars, la jeune patineuse Alina Zaguitova qui s’est illustrée en remportant, à seulement 15 ans, la médaille d’or, devant sa compatriote Evguenia Medvedeva, double tenante du titre. Une nouvelle venue dans l’arène qui ne surprend plus dans un monde où les patineuses russes de talent sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus jeunes. Il en va souvent ainsi dans le monde impitoyable du patinage artistique individuel féminin en Russie. À peine une athlète a-t-elle le temps de poser la couronne sur sa tête qu’une plus jeune, plus belle et plus forte vient lui voler la vedette. Aux Jeux olympiques de Sotchi, la championne olympique Adelina Sotnikova (21 ans) a ainsi été éclipsée par la jeune Ioulia Lipnitskaïa (19 ans), elle-même rapidement oubliée, suite à sa décision de mettre un terme à sa carrière pour raisons de santé, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 janvier 2018