Briansk, place Lénine. Crédits: Vladimir Gorovykh / RIA Novosti

« J’ai commencé à aimer Briansk »

L’écrivain russe Dmitri Danilov a rédigé un essai littéraire sur une ville russe sans monuments ni curiosités. Pourquoi consacrer du temps et des efforts à un lieu qui n’a rien de remarquable et n’attirera jamais les foules ? L’écrivain s’explique dans une interview pour la revue en ligne sibérienne Siburbia.ru. Siburbia.ru : Un an durant, vous vous êtes rendu dans une petite ville et avez tenté de la décrire. S'agissait-il, pour vous, d'une expérience littéraire ou humaine ?Dmitri Danilov : C'était une expérience et littéraire, et humaine. J'ai eu l'idée d'écrire un livre et je me suis fixé une méthode : pendant un an, une fois par mois aller à Briansk pour un week-end et écrire sur la ville. Je voulais comprendre s'il était possible de se mettre à aimer une ville privée de sites touristiques ou culturels. Et je considère que l'expérience est un succès. J’ai commencé à aimer Briansk.Siburbia.ru : Jusqu'à la fin du livre, je n'ai pas compris que c'était Briansk. Pourquoi avez-vous voulu dépersonnaliser la ville ? Car vous ne citez aucun nom de rues, de places.D.D. : J'aime me fixer des objectifs et des limites formels. Par exemple, il y a 11 ans, j'ai écrit un récit autobiographique, Le Noir et le Vert, pour lequel je m'étais posé une limite : ne pas utiliser le pronom « je ». Quand l’auteur respecte des objectifs de ce type, une tension surgit, et le texte s'écrit avec cette tension.Vous le savez: dans un lit étroit, une rivière coule très vite, alors que dans un lit large, on dirait qu'elle ne coule même pas. En fait, plus il y a de cadres, plus il y a d'énergie. Je trouvais ça intéressant que les gens, en lisant et en déchiffrant ce rébus, comprennent qu'en réalité, on se fiche de savoir ce que c'est comme ville précisément.Siburbia.ru : Et voient une sorte d'image collective de la petite ville de Russie ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019