Au-delà de Souzdal : un autre tourisme est possible

La Russie touristique, c’est Moscou, Saint-Pétersbourg et l’Anneau d’Or pour les villes, le Baïkal et l’Altaï côté paysages naturels. Sotchi et Krasnodar, peut-être, en guise de stations balnéaires – et vraiment pour les initiés. Et c’est à peu près tout. Le constat s’étend aussi aux Russes eux-mêmes, qui ont longtemps préféré, depuis l’ouverture des frontières, se ruer sur les plages turques et égyptiennes plutôt que partir à la découverte de leur propre pays – probablement trop vaste, sauvage. Elle est indéniablement sauvage, cette grande Russie, avec une force d’inertie qui la préserve de bien des fléaux mais en fait une piètre promotrice de son image, cette valeur sacro-sainte de notre modernité. Le tourisme intérieur se développe peu et mal, pas aidé – entre étroitesse d’esprit des fonctionnaires bureaucrates, cupidité et courte vue des grands opérateurs du secteur et auto-dénigrement par les habitants eux-mêmes. Pourtant, le potentiel est incommensurable, et le temps fera indubitablement son affaire : une poignée d’enthousiastes éclairés y travaillent déjà, révélant minutieusement d’authentiques diamants bruts. Le Courrier de Russie vous emmène par les sentiers non balisés : itinéraires de cinq villes méconnues de la Russie historique.

Veliki Oustioug : Pour un Père Noël qui n’est pas un cadeau

Veliki Oustioug et son tourisme, c’est l’histoire d’une méprise, plutôt que d’un oubli. En 1999, Iouri Loujkov, maire de Moscou, escroc notoire et brute ignare, personnage emblématique de la période, lance depuis sa capitale et à grand renfort de budget le projet « Veliki Oustioug, ville natale de Ded Moroz », le Père Noël russe. Certes, le site aux airs de Disneyland attire environ 300 000 touristes par an. Mais il s’agit, d’abord, d’une fréquentation qui ne s’étend que sur un mois d’hiver et, ensuite, d’un projet sans lien authentique avec la ville, qui n’offre pas grand-chose à ses habitants : ni emplois durables et qualifiés, ni, surtout, identité et objet de fierté. La ville a pourtant une histoire ancienne et riche, liée à la lutte entre Moscou et Novgorod d’abord puis, aux XVIIe et XVIIIe siècles,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019