|  
37K Abonnés
  |   |  

Qui sommes-nous ?

Le Courrier de Russie est d’abord un journal papier, créé en 2002, et distribué gratuitement pendant 15 ans. Le Courrier de Russie, c’est ensuite un idée, celle qu’une autre Russie existe derrière « celle de Poutine ». Le Courrier de Russie, c’est enfin une envie, l’envie d’ouvrir les portes du grand pays, en parlant de ceux qui font la Russie d’aujourd’hui et en décryptant son actualité dans sa complexité, avec ses contradictions, sans quelconque sorte d’a priori.

 

C’est Poutine qui vous paye ?

Le Courrier de Russie n’a jamais reçu un kopeck de la part d’une quelconque autorité publique, ni en France, ni en Russie. Nous ne sommes soutenus ni par le Kremlin ni par l’Élysée. Aucun organisme étatique n’a jamais participé à l’histoire du Courrier de Russie. Indépendant dans sa ligne comme dans son modèle, Le Courrier de Russie est né de la volonté de trois Français installés à Moscou : Philippe Pelé Clamour, Jean-Luc Pipon et Emmanuel Quidet. C’est grâce à leurs efforts et à la publicité mais aussi à la création d’une agence de communication (NVM) et d’une maison d’édition (NouveauxAngles) que Le Courrier de Russie se maintient à flot depuis toutes ces années.

 

Qui écrit pour Le Courrier de Russie ?

Avec leurs histoires de vie très diverses, les journalistes du Courrier de Russie sont unis par un intérêt sincère et une vraie compréhension pour ce pays, où certains d’entre eux ont grandi, et avec lequel d’autres ont lié leur vie à jamais. Nul n’est bien évidemment à l’abri d’une erreur, d’une réponse un peu trop rapide à une question un peu plus complexe qu’il n’y paraît. Le Courrier de Russie ne peut pas promettre de ne jamais se tromper mais il s’engage à ne jamais mentir à ses lecteurs, à faire son travail honnêtement et consciencieusement, chacun en accord avec ses valeurs.

L’équipe

Journalistes

Jean-Félix De la ville Baugé

Jean-Félix de La Ville Baugé a été conseiller d’un homme politique au Cambodge, avocat à Paris, humanitaire au Rwanda, au Darfour et en Tchétchénie. Il dirige désormais le journal et les éditions du Courrier de Russie à Moscou. Il a publié trois romans, Dieu regardait ailleurs (Plon, 2013), Votre fils (Plon, 2004) et Entre deux cils (Pocket, 2004 ; Plon, 2002). Spécialité : Parlez-nous de votre enfance.

Ses publications

Inna Doulkina

Chef de l’équipe, rédactrice en chef suprême, Inna a tout connu de l’histoire du Courrier de Russie. Moscovite au français parfait, diplômée du prestigieux Master franco-russe de journalisme, elle a vécu les difficiles débuts, l’usine désaffectée et son chien abandonné, les ordinateurs en feu et l’expansion finale du journal. Spécialité : Moscou et Facebook.

Ses publications

Julia Breen

Parisienne de la rive droite, Julia est initiée au russe dès les bancs du collège sur une lubie de sa mère. Fuyant par la suite son pays natal pour la Mère de l’Est, elle apprécie l’amour de la culture sans snobisme et la vie les pieds dans la merde et la tête dans les étoiles. Elle écrit pour le journal depuis l’automne 2007. Rentrée progressivement au pays, elle est aujourd’hui la traductrice-correctrice-dinosaure-correspondante du Courrier de Russie en France. Spécialité : le trou normand et les bouquins d’Russes en français.

Ses publications

Anastasia Sedukhina

Ses publications

Rusina Shikhatova

Éduquée dans la plus pure tradition francophile sibérienne, traductrice émérite, Rusina quitte Omsk pour la banlieue parisienne à l’âge de vingt ans. Jeune fille au pair et diplômée de la Sorbonne, elle s’essaye à un doctorat malheureux sur les collections russes des bibliothèques strasbourgeoises, avant de s’échapper à Moscou en intégrant l’équipe du Courrier de Russie comme journaliste. Spécialité : le made in Russia et le RER B.

Ses publications

Thomas Gras

Arraché à Toulouse par l’amour des langues et du Bachkortostan, traducteur de formation, Thomas a couvert plusieurs conflits sans en voir la couleur avant d’atterrir au Courrier de Russie en 2011, puis d’être parachuté à la rédaction en chef de son site, en 2015. Spécialité : le rock russe et les moteurs diesel.

Ses publications

Maïlis Destrée

Belge sans en revendiquer l’accent, promotion dorée de la Grande École de la traduction bruxelloise, Maïlis est traductrice et correctrice de l’équipe du Courrier de Russie. Spécialité : la langue de Poutine et la nutrition.

Ses publications

Manon Masset

Liégeoise de souche, Manon défie pour la première fois la Russie alors qu’elle n’est encore qu’une enfant, lors de championnats de gymnastique rythmique. Elle apprend le russe dans une khrouchtchevka de Vladivostok et le perfectionne à la prestigieuse MGU de Moscou. Russophone et russophile, diplômée de IHECS, elle est journaliste au sein de l’équipe du Courrier de Russie. Spécialité : les relations belgo-franco-russes et le ruban.

Ses publications

Jean Colet

RTL, RTBF… Jean a écumé les rédactions et les machines à café des grandes télés belges avant de se lancer à la chasse aux images des immensités russes derrière la caméra du Courrier de Russie. Spécialité : la bière au concombre et les plans fixes.

Ses publications

Contributeurs

Arnaud Dubien

Diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales et de l’Institut d’études politiques de Paris, Arnaud Dubien a été, de 1999 à 2006, chercheur Russie/CEI à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a ensuite dirigé plusieurs publications consacrées à l’espace post-soviétique, notamment l’édition russe de la revue Foreign Policy et les lettres confidentielles Russia Intelligence et Ukraine Intelligence. Arnaud Dubien a par ailleurs été consultant des ministères français de la Défense et des Affaires étrangères, du Parlement européen, du GIFAS et de grands groupes industriels. Depuis 2010, il est membre du Club de discussion de Valdaï. Il est le directeur de l’Observatoire franco-russe depuis sa création en 2012.

Ses publications

Igor Delanoë

Après avoir soutenu sa thèse en histoire de l’université Nice-Sophia Antipolis (novembre 2012), Igor Delanoë a effectué un post-doctorat (2013) à l’université de Harvard au sein de la John F. Kennedy School of Government. Il a ensuite enseigné l’histoire au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg. Il est directeur-adjoint de l’Observatoire franco-russe depuis 2015 et chercheur associé au Harvard Ukrainian Research Institute (Harvard University) ainsi qu'au Center for International and European Studies (Université Kadir Has, Istanbul). Son expertise porte sur la géopolitique de la Russie, la présence russe en Méditerranée et au Moyen-Orient, ainsi que sur les questions de sécurité et de défense, en particulier la marine de guerre russe.

Ses publications

Maxime Ioussine

Maxime Ioussine est un journaliste, chroniqueur et expert en politique internationale au sein du grand quotidien russe Kommersant. Moins « excité » que ses collègues russes, comme il aime le dire, il offre notamment une analyse balancée de la politique française pour nos articles « Vu de Russie ». Autres spécialités : Syrie et Ukraine.

Ses publications