L’obligation déclarative en rapport avec les sociétés étrangères contrôlées (CFC) peut également concerner les expatriés étrangers

Deux lettres récentes du ministère des finances de la Fédération de Russie viennent préciser l’obligation des résidents fiscaux russes, tant les entreprises que les particuliers, de déclarer leur participation dans les sociétés étrangères contrôlées ainsi que l’information sur ces sociétés.L'obligation déclarative en rapport avec les sociétés étrangères contôlées (CFC) peut également concerner les expatriés étrangersEn effet, introduit par la loi du 24 novembre 2014 (et modifié en juin 2015), le nouveau dispositif sur les sociétés étrangères contrôlées aligne la législation fiscale russe avec les pays occidentaux, ayant déjà ce dispositif dénommé « CFC » (Controlled Foreign Companies).Ainsi, les entreprises ou les particuliers qui sont considérés comme résidents fiscaux russes (aux termes de la convention fiscale) sont désormais obligés de déclarer :- l’information détaillée sur la société étrangère lorsque ces personnes détiennent,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018