Premiers écoliers de l'école internationale

Welcome to Alabouga: le Tatarstan inaugure sa première école internationale

La première école internationale de la république du Tatarstan a été inaugurée le 5 septembre dans la zone économique spéciale d’Alabouga. Reportage. « Nous vivons à une époque où les entreprises font beaucoup d’efforts pour attirer les talents », entame Timour Chaguivaleev, directeur général de la zone économique spéciale d’Alabouga. Afin de faire venir les meilleurs d’entre eux ici, au Tatarstan, la direction de la zone économique a créé, avec le soutien de l’administration régionale, une école internationale pouvant accueillir 350 enfants.« Beaucoup de spécialistes étrangers travaillant à Alabouga sont contraints de faire l’aller-retour tous les week-ends à Moscou, où est installée leur famille et où sont scolarisés leurs enfants, explique Timour Chaguivaleev. Nous espérons que l’ouverture de cette école internationale leur permettra de s’installer définitivement à Alabouga et de profiter ici de tout le confort nécessaire. »L’école des Trois ours (« Tri medvedia ») a ouvert ses portes le 1er septembre et accueille, pour l’heure, des enfants de trois à six ans. La plupart d’entre eux viennent des villes et villages voisins, quelques-uns sont ces fameux enfants de spécialistes étrangers travaillant sur place. Les élèves suivent le programme international du Cambridge certificate, assuré par deux instituteurs par groupe, un Russe et un anglophone. Outre des salles de classe remarquablement équipées, l’école possède un terrain de foot et deux piscines. Des logements confortables sont également prévus pour les enseignants, situés à cinq minutes de marche de l’école.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015