« Nous aidons les investisseurs russes à décoder notre mentalité française »

Les investisseurs russes ont souvent du mal à s’installer en France : faute de comprendre la mentalité française mais aussi parce qu’il est difficile d’y combattre l’image du « Russe mafieux ». Le groupe international BPI, spécialisé en conseil RH aux organisations, a lancé en mars 2014, au sein de sa filiale russe Brainpower, une nouvelle branche d’activité, visant à aider les investisseurs russes à s’installer en France. Le président du groupe, Emmanuel Casabianca, revient sur l’entreprise pour Le Courrier de Russie.Le Courrier de Russie : En quoi consiste exactement la nouvelle orientation de BPI Group ?Emmanuel Casabianca : Notre projet, c’est d’être aux côtés des entreprises russes pour les accompagner dans leur installation technique et humaine auprès des sociétés dans lesquelles ils peuvent investir pour créer une activité ou la reprendre. Nous sommes en train de nous spécialiser, en France, sur la « revitalisation » : la reconquête de territoires et de situations économiques défaillantes afin de recréer des entreprises.LCDR : Pourriez-vous nous donner un exemple ?E.C. : Imaginons qu’une entreprise a délocalisé une partie de sa production dans un autre pays et est contrainte de se retirer de sa région d’origine. C’est là que nous intervenons, avec le concours de l’État,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015