S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Le programme de Poutine pour la démocratie

Le programme de Poutine pour la démocratie

Le 6 février, Kommersant publiait un discours de Vladimir Poutine sur le développement des institutions démocratiques en Russie : Le Courrier de Russie en a sélectionné des extraits.Le 6 février, Kommersant publiait un discours de Vladimir Poutine sur le développement des institutions démocratiques en Russie : Le Courrier de Russie en a sélectionné des extraits. « Un développement stable de la société est impossible sans un État capable d’agir. Et la démocratie authentique est une condition sine qua non de la construction d'un État tourné vers le service des intérêts de la société.La véritable démocratie ne se forme pas en un jour, ne se copie pas selon un modèle extérieur. Il est indispensable que la société soit prête à utiliser les mécanismes démocratiques, que la majorité des gens se sentent des citoyens, soient prêts, sur une base régulière, à consacrer leur attention, leur temps, leurs efforts à la participation au processus de gestion. En d’autres mots, la démocratie fonctionne là où les gens sont prêts à investir quelque chose en elle.Au début des années 90, notre société était excitée par l’effondrement, sous ses yeux, du monopartisme soviétique, du système de commandement administratif. Par la transition vers un pouvoir du peuple qui, semblait-il, était proche. D’autant que les modèles de démocratie adulte et civilisée étaient tout près – aux Etats-Unis et dans les pays d’Europe occidentale.Cependant, l’introduction des formes démocratiques de l’État a conduit au gel quasi immédiat des réformes économiques ; et, un peu plus tard, ces formes se sont trouvées occupées par des élites oligarchiques centrales et locales, utilisant effrontément l’État dans leurs intérêts, se partageant le bien commun.Je sais par expérience qu’à cette période, il y avait au sein du pouvoir un nombre non négligeable de gens honnêtes et intelligents, sincèrement orientés vers le bien du peuple. Grâce à eux, l’État n’a pas succombé, les problèmes quotidiens ont au moins été résolus et, même si ce fut avec inconséquence et lenteur, certaines réformes de fond ont été lancées. Mais dans l’ensemble, le système qui s’était installé s’est montré plus fort.Au final, dans les années 90, sous le drapeau de l’avènement de la démocratie nous avons obtenu non un État contemporain, mais une lutte souterraine de clans et une débauche de nourritures semi-féodales. Non une nouvelle qualité de vie mais d’énormes pertes sociales. Non une société juste et libre, mais l’arbitraire d’ « élites » autoproclamées, méprisant ouvertement les intérêts des gens ordinaires. Tout cela a « empoisonné » la transition de la Russie vers la démocratie et l’économie de marché – par une méfiance constante d’une grande part de la population envers ces conceptions mêmes, un refus de participer à la vie publique.Le philosophe russe et spécialiste du droit Pavel Novgorodtsev alertait déjà au début du siècle dernier : « On pense souvent que la proclamation de toute sorte de libertés et du droit de suffrage universel possède en soi une sorte de force miraculeuse capable de lancer la vie sur de nouvelles voies. Mais généralement, dans ces cas-là, ce qui s’établit en réalité dans la vie, c’est non la démocratie mais – en fonction du tournant que prennent les événements- soit l’oligarchie,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Selected by Nina Fasciaux