Vladimir Poutine : « Les Américains ne veulent pas nous humilier, ils veulent nous soumettre »

Mardi 18 novembre, le président russe Vladimir Poutine a pris part à la séance plénière du Forum d'actions du Front populaire fédéral, dont il est lui-même le leader. Lors de son intervention, le chef d’État a longuement traité de l'état de l'économie nationale, des perspectives d'avenir et du développement économique dans le contexte de sanctions. Extraits.

Sur l’agriculture

Si je ne sentais pas que notre agriculture était capable de nourrir tout le monde, nous n’aurions jamais introduit de contre-sanctions. Nous agissons avant tout pour notre propre bien – quel serait l’intérêt de nous créer des problèmes ?Là, pour dire les choses franchement, nous avons utilisé à notre avantage le comportement incorrect de nos partenaires et offert à notre agriculture des possibilités supplémentaires de travailler sur leur propre marché.

Sur les bananes

Ce serait absurde d’établir en Russie un système de mesures pour encourager la production de bananes. On pourrait y consacrer des milliards que le résultat ne correspondrait tout de même pas à ce que l’on voudrait. Ce sont des âneries, pardonnez-moi. En revanche, nous pouvons fabriquer nous-mêmes tous nos produits traditionnels, tous les produits de base – céréales, cultures maraîchères, élevage, production laitière –, et ce, avec une efficacité bien plus grande qu’aujourd’hui. Il faut profiter de la conjoncture actuelle, et il faut le faire dès maintenant, dès aujourd’hui.

Sur l’état actuel de l’économie

Notre économie était déjà dépendante [des revenus gaziers et pétroliers, ndlr] à l’époque soviétique, et elle l’est devenue davantage encore au cours des dernières décennies. Les acteurs de l’économie ont concentré leurs efforts sur les secteurs les plus rentables et la recherche de profit rapide. Et de quels secteurs s’agit-il ?C’est, avant tout, l’extraction et la production de matières premières. C’est le pétrole, le gaz, partiellement la chimie et partiellement les métaux. Le pétrole et le gaz occupent plus de 70 % de la structure de nos exportations, la chimie, 5 %, et les métaux, 8%.Notre tâche consiste aujourd’hui à modifier cette structure de l’économie – c’est une de nos missions principales. Mais pour l’heure, cette structure est ce qu’elle est, et il n’apparaît pas possible de la modifier en peu de temps – et pas parce que nous travaillons bien ou mal : ce sont simplement des choses inscrites dans des cycles longs,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019