Suivez la « Ligne directe » de Vladimir Poutine avec les Russes

Vladimir Poutine s’adresse aujourd’hui, à partir de midi (heure de Moscou), à la population russe, lors de sa traditionnelle « Ligne directe » retransmise à la télévision chaque année depuis 2001. Retrouvez la traduction de ses propos en direct avec Le Courrier de Russie.Le président russe répondra aux questions des Russes sur des sujets politiques, économiques et de société, sans oublier l’actualité internationale. Pour la première fois, les habitants de Crimée, rattachée le 18 mars à la Russie, prendront part à l’émission.15h55 : Qu'est-ce que c'est  pour vous qu'être russe ?Certains spécialistes pensent qu'un peuple n'a pas de particularités, que seul un être humain a les siennes propres. Je ne partage pas cet avis. Si des gens parlent la même langue, vivent sur un même territoire, s'ils ont des valeurs communes, alors effectivement ils ont des traits communs. La Russie est un aspirateur qui a absorbé différentes ethnies. Pensez à tous ces mariages mixtes que nous avons eus. C'est comme ça que notre code génétique s'est formé, un code très souple, très résistant et qui constitue notre avantage concurrentiel.Le Russe, l'homme du monde russe est animé par un objectif moral supérieur.Le Russe est tourné vers le monde, alors que l'Occidental est davantage tourné vers lui-même. Chez nous, cela ne suffit pas, seul le peuple russe a pu créer le proverbe : "Quand on meurt devant les gens, même la mort est belle".Devant les gens, cela veut signifie mourir pour la patrie, pour les autres, c'est là que se situe l'origine de notre sentiment national, de nos valeurs familiales. Nous sommes moins pragmatiques, nous calculons moins, nous avons une âme plus large, plus généreuse. Je ne veux vexer personne. Mais dans le monde globalisé, les échanges de toute sorte sont très intenses, et cela fait des centaines d'années que nous vivons en nous basant sur nos valeurs : ces valeurs nous seront encore utiles à l'avenir.15h50 : Quelle ville auriez-vous choisie pour vivre si vous n'aviez pas été président ?Saint-Pétersbourg, c'est ma " petite patrie". J'y suis né.15h49 : Voulez-vous rester président à vie?Non.15h48 : Obama vous aiderait-il si vous étiez en train de vous noyer ?
J'espère que cela n'arrivera jamais mais je pense que c'est un homme honnête et qu'il le ferait
15h45 : Pourquoi n'allez vous pas aux USA ?Les USA ont suspendu nos relations, mais j'espère que ça va évoluer avec le temps. Le rideau de fer est une invention soviétique : nous n'allons pas nous isoler à nouveau. Les USA sont une puissance mondiale : nous avons longtemps cru que c'était la seule, mais ce n'est pas le cas.Lorsqu'on choisit de punir quelqu'un, d'envoyer un enfant au coin, on se fait du mal à soi-même. Nous ne sommes pas dans une compétition sportive avec les USA, ils sont notre partenaire dans les domaines de la sécurité, dans la lutte contre le terrorisme, dans l'évolution du système économique international.15h40 : Votre film préféré ?Tchapaïev, bien sûr ! (1934)15h35 : Le gouvernement a tendance à changer de gouverneurs, cela va-t-il continuer?Ce n'est pas une tendance. Les gouverneurs doivent faire face à une infinité de responsabilités : il n'y a pas longtemps, dans les villes russes, on voyait encore les places centrales en ruines ; aujourd'hui elles sont en parfait état.Vous savez, en Chine, si vous fusillez publiquement trois-cents grands voleurs, le peuple sera avec vous. Chez nous, il n'est pas question de fusiller des gens pour vol.15h25 : Sur l'opposition libéraleL'opposition libérale, c'est un petit groupe de révolutionnaires : ils sont loin du peuple, mais ils font partie de notre société. Et même si nous devons nous baser sur la majorité dans nos choix, nous ne devons pas non plus oublier la minorité et leurs positions.En réponse à Remtchoukov, rédacteur en chef du journal Nezavissimaïa Gazeta : oui, nous allons construire notre politique en nous basant sur les intérêts de la majorité. Mais nous nous devons aussi d'entendre les avis moins répandus. Dans mon travail quotidien, j'écoute l'ensemble de mes collègues, même si je ne suis pas d'accord avec tous. Nous aussi nous voulons avoir des relations normales avec l'Occident. Nous faisons partie de la même civilisation chrétienne. Mais cela ne signifie pas que nous devons toujours céder, trahir nos intérêts juste parce qu'on nous laisse nous asseoir à côté.15h15 : Ne va-t-on pas oublier Sotchi, avec le développement du tourisme en Crimée ?Nous allons bien sûr continuer de développer Sotchi : nous avons construit des hôtels modernes aux standards mondiaux, aux prix élevés - et on ne peut pas les baisser. En Crimée, les infrastructures sont plutôt destinées à des gens aux revenus modestes.Nous devons d'ailleurs nous assurer que la Crimée reste accessible à tous et garantir des billets d'avion à 7000 roubles, des billets de train autour entre 2 500 et 3000 roubles.Si le tourisme en Crimée ne reste pas bon marché, nous ne pourrons garantir la viabilité du secteur. Parallèlement, il n'est pas question d'abandonner Sotchi, les sites olympiques vont être transformés, nous allons ouvrir des centres commerciaux, faire venir des expositions.15h10 : La Coupe du monde de football 2018 aura-t-elle bien lieu en Russie, malgré les sanctions occidentales ?Le FIFA a déjà répondu que le football et la politique n'ont rien à voir, et qu'elle ne comptait pas revoir son calendrier.15h05 : Comptez-vous vous remarier ?Je dois d'abord tâcher de trouver un mari pour mon ex-femme,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Nina Fasciaux

Dernières nouvelles de la Russie

Jean Malaurie : « Dans ces temps compliqués, il est essentiel que Paris reste unie fraternellement auprès de Moscou »

Jean Malaurie est le premier homme à avoir atteint, le 29 mai 1951, le secteur du Pôle géomagnétique Nord.

 

17 décembre 2015

Germain Derobert : « La Russie est un pays où l’on est en proie à des rencontres qui bouleversent l’existence »

La dernière Grenouille de Nina Fasciaux

 

17 juillet 2015

Catherine Joffroy : « J’ai voulu prendre, à 18 ans, la nationalité soviétique »

"La Russie va surprendre le monde."

 

3 juillet 2015