Le Courrier de Russie

Comment les dirigeants russes et occidentaux ont-ils réagi à l’assassinat de Boris Nemtsov ?

Le meurtre de Boris Nemtsov, face au Kremlin, dans la soirée du vendredi 27 février, a suscité de nombreuses réactions parmi les dirigeants russes et occidentaux. Qu’ils aient ou non éprouvé de la sympathie pour le personnage, ils ont rendu hommage à l’opposant et donné leur version sur les motifs du crime.

Premières réactions russes

Aux alentours de 1h30 le 28 février, soit environ deux heures après l’événement, Vladimir Poutine, par l’intermédiaire de son porte-parole Dmitri Peskov, a dénoncé « un assassinat cruel, présentant tous les signes d’un crime commandité et portant un caractère exclusivement provocateur ». L’attaché de presse du président a ajouté qu’ « avec tout le respect dû à la mémoire de Boris Nemtsov sur le plan politique, celui-ci ne représentait aucune menace politique pour le pouvoir russe actuel ni pour Vladimir Poutine personnellement ». Dmitri Peskov a ensuite annoncé que Vladimir Poutine avait « ordonné aux responsables du Comité d’enquête de la Fédération de Russie, du ministère de l’intérieur et du service fédéral de sécurité de créer un groupe de suivi et de placer l’enquête sous contrôle présidentiel direct ».

Vladimir Poutine a également envoyé un télégramme à la mère de Boris Nemtsov, Dina Eïdman. « Je partage sincèrement le malheur qui vous frappe. Boris Nemtsov a laissé une trace dans l’histoire de la Russie, dans sa politique et sa vie sociale. Il a eu à occuper des postes de responsabilité dans une période de transition, difficile pour notre pays. Il a toujours exposé directement et honnêtement ses positions et défendu ses points de vue », peut-on lire dans l’adresse publiée sur le site du Kremlin. […]