Le Courrier de Russie

Assassinat de Boris Nemtsov : le point sur l’enquête

Dans la nuit de vendredi à samedi 28 février, Boris Nemtsov, un des leaders de l’opposition, cofondateur du RPR-PARNASS et député de la Douma régionale de Iaroslavl, a été assassiné en plein centre de Moscou, près du Kremlin. Si les enquêteurs et les autorités ont immédiatement qualifié l’assassinat du célèbre politicien de commandité, les versions des motifs de ce crime sont tellement nombreuses qu’il est encore impossible d’en dégager une prioritaire. La seule chose dont les enquêteurs soient certains est que cet assassinat n’a pas été commis par des professionnels : les tueurs ont utilisé une arme qui est loin d’être fiable et des munitions datant de plus de 20 ans, et laissé en vie le principal témoin des faits.

Lisez aussi : L’assassinat de Boris Nemtsov vu par les Russes ici

« Le crime le plus important »

Le 27 février, à 23h35, un certain nombre de personnes ont appelé le numéro d’urgence « 02 » pour signaler un « blessé par balles » sur le Grand Pont de pierre qui traverse la rivière Moskova. Le premier groupe de policiers, arrivé sur place au bout de dix minutes, a découvert le corps de Boris Nemtsov, mort depuis une demi-heure maximum, comme le précise le rapport consulté par le quotidien russe Kommersant.

L’amie de M. Nemtsov – la mannequin ukrainienne Anna Douritskaïa – et plusieurs passants ont été témoins de l’événement. Mais les enquêteurs ont très peu appris de leurs récits.

Mme Douritskaïa avait retrouvé ce jour-là M. Nemtsov au café Bosco, dans le centre commercial GOUM et, qu’après avoir dîné et s’être un peu promenés sur la place Rouge, ils se dirigeaient tous deux vers le domicile du politicien, 13 rue Malaïa Ordynka.

Le couple n’avait pas fait cent mètres sur le pont qu’un homme s’est approché d’eux et a tiré dans le dos de M. Nemtsov avec un pistolet. Le tueur est ensuite monté sur le siège passager avant d’une voiture blanche, venue le chercher sur les lieux de l’assassinat.

La police n’a pas retrouvé immédiatement la voiture ayant emmené l’assassin. En effet, Mme Douritskaïa, sous le choc, n’a pas pu préciser même la marque du véhicule. Quant aux enregistrements des caméras de vidéo-surveillance installées à proximité, ils étaient soit trop peu précis, soit carrément absents, certains des systèmes ayant été débranchés pour des travaux de maintenance. Une recherche a été lancée contre quatre voitures de couleur blanche : deux Ford, une Kia Rio et une Lada 110. Tous ces véhicules ont été retrouvés par les enquêteurs, mais il s’est avéré qu’ils n’avaient aucun rapport avec les événements. Samedi, les agents s’intéressaient déjà à une autre voiture – une Lada Priora immatriculée en Ingouchie – qui a finalement été retrouvée près de la station de métro Smolenskaïa. Mais les deux utilisateurs de la Lada, ressortissants de la république, se sont également avérés n’être pour rien dans l’affaire.

Le moment précis de l’assassinat a été filmé – de loin toutefois – par une caméra de la chaîne télévisée TVTs. L’enregistrement, qui circule dans la presse, fixe le meurtre sur le pont à 23h31.

En se basant sur ce qu’on y voit, on peut supposer que l’assassin attendait sa victime sur un des escaliers menant au pont : il a ensuite rapidement rejoint le trottoir – sur un signal de ses complices, semble-t-il – et ouvert le feu sur M. […]