Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Syrie : l’armée russe championne de la lutte anti-terroriste ?

Syrie
L'armée russe championne de la lutte anti-terroriste ?

Réfugié dans le village de Taqad, près d’Alep, le 26 mai 2020.
Juma Mohammed/IMAGESLIVE via TASS

Il y a cinq ans, la Russie intervenait militairement en pleine guerre civile syrienne. Une « opération antiterroriste » présentée comme un succès par Moscou, mais dont les résultats demeurent incertains, notamment au regard de la menace djihadiste persistante dans le monde. 

Dans un article en date du 30 septembre dernier, publié dans le journal des forces armées Krasnaïa zvezda, le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, présente ainsi l’ennemi qu’il s’agissait alors de combattre en Syrie – l’État islamique (EI) : « Des groupes armés, mobilisés autour d’une idéologie, relativement préparés sur le plan militaire, et qui en voulaient au monde entier. On peut dire qu’il s’agissait de la première armée terroriste – une armée organisée, cohérente, entraînée, correctement armée », écrit-il. 

Pour lui, ce foyer du terrorisme menaçait directement la Russie : « Près de trois mille ressortissants russes s’étaient engagés dans les rangs de l’EI. Après avoir engrangé de l’expérience, ils seraient rentrés en Russie afin de mener leur combat idéologique – réduire les gens en esclavage, faire sauter des écoles, tuer les infidèles. » 

Jeu diplomatique

À l’instar d’autres dirigeants russes, le ministre de la Défense n’explique pas pourquoi Moscou a attendu plusieurs années (la guerre civile a débuté en 2011 en Syrie) pour intervenir, laissant le temps aux rangs djihadistes de se renforcer. Une des réponses réside dans l’agenda : la préparation des Jeux olympiques 2014, organisés à Sotchi – sur les contreforts du remuant Caucase –, mobilise massivement les services de sécurité russes. En mai 2016, l’agence Reuters affirmait ainsi qu’à la veille de cet événement central pour l’image internationale du pays, le FSB aurait laissé partir vers la Syrie des combattants islamistes daghestanais en échange de leur promesse de ne rien entreprendre contre les Jeux. 

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter