S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Alexandre Gabychev : un chaman chez les fous

Alexandre Gabychev
Un chaman chez les fous

Le 2 juin, le tribunal municipal de Iakoutsk (Sibérie) a prononcé l’internement en hôpital psychiatrique d’Alexandre Gabychev, le chaman qui voulait « exorciser » Vladimir Poutine.

Originaire de Iakoutsk, Alexandre Gabychev entame, en mars 2019, une marche de 8 000 kilomètres – 4 900 à vol d’oiseau – en direction du Kremlin de Moscou. Au rythme d’une vingtaine de kilomètres par jour, il prévoit d’arriver à destination en deux ans et de renverser Vladimir Poutine, qu’il tient pour une « force du mal ». Une quinzaine d’adeptes le rejoint en route. À terme, le chaman veut lever une véritable armée.

"Nous voulons attirer l’attention de Moscou sur les conditions de vie dans les régions russes."

« Ce sera un beau combat, un combat grandiose ! Je suis né pour me battre, je connais tous les arts martiaux. Il ne durera pas une heure, ce combat, mais une journée entière. Une journée pendant laquelle toute la Russie se soulèvera. Et ils seront des millions d’yeux et d’oreilles derrière moi », clame-t-il à son départ.

Chaman d’opposition

Durant son périple, Gabychev participe à divers rassemblements organisés par des groupes d’opposition.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Guilhem Pousson

L’amour binational victime du Covid

Depuis six mois, les frontières de la Russie sont fermées aux ressortissants de la majorité des pays du monde. De nombreux couples franco-russes non mariés, séparés au moment de la fermeture des frontières, ne peuvent toujours pas se retrouver.

 

22 septembre 2020

Enseignement : les langues étrangères ratent le bac

Souvent excellent à l’université, l’enseignement des langues en Russie peine à se démocratiser. Le gouvernement vient d’ailleurs d’annuler l’instauration prochaine d’une épreuve obligatoire de langue vivante au baccalauréat : la piètre qualité de la formation scolaire risquait de faire échouer une majorité de candidats.

 

16 septembre 2020