S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Telegram : la messagerie favorite des dirigeants russes

Telegram
La messagerie favorite
des dirigeants russes

Bloquée en Russie depuis deux ans, l’application de messagerie cryptée Telegram n’a jamais été aussi populaire dans le pays. Parmi ses quelque 20 millions d'utilisateurs russes, on compte de hauts responsables politiques et plusieurs organismes publics...

En juillet 2017, les Services fédéraux de sécurité (FSB) exigent, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat du métro de Saint-Pétersbourg survenu quelques mois plus tôt, de disposer des clés de chiffrement permettant de décrypter les conversations tenues sur la messagerie (soupçonnée d’avoir été utilisée par les terroristes). Pavel Dourov, le créateur de Telegram, refuse en invoquant le droit constitutionnel au secret des correspondances. L’application est bloquée par décision de justice en avril 2018.

« Bloquée, mais pas interdite »

Pour contourner le blocage, Telegram relocalise ses services sur les serveurs de sociétés telles Google, Amazon ou Microsoft. Il recourt également à une technique dite de « domain fronting » (ou domaines-écrans), faisant passer les connexions à la messagerie pour du trafic généré par les entreprises hébergeuses.

Grâce à ce montage,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Guilhem Pousson

La cryptomonnaie de Telegram chassée des États-Unis

Pavel Dourov, le fondateur de la messagerie cryptée Telegram, a officiellement fermé le réseau TON (Telegram Open Network), qui aurait dû permettre aux quelque 400 millions d’utilisateurs de l’application d’échanger biens et services au moyen d’une cryptomonnaie, le Gram.

 

26 mai 2020