S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Ella Pamfilova : « Les Russes prennent leur destin en main »

Ella Pamfilova : « Les Russes prennent leur destin en main »

Cet été, la présidente de la Commission électorale centrale, Ella Pamfilova, a concentré les critiques de l’opposition « hors système », qui l’accusait de partialité dans l’examen des dossiers de ses candidats aux élections du parlement de Moscou (qui ont tous été refusés). À la fin de septembre, elle a accordé une longue interview à Rossiïskaïa gazeta, dont voici des extraits.

Vous avez été ministre des Affaires sociales et députée dans les années 1990, puis présidente du Conseil présidentiel pour les droits de l’homme et la société civile. Comment jugez-vous les relations actuelles entre le pouvoir et la société civile ?

Ella Pamfilova : Les récentes évolutions de la société prennent de court de nombreuses institutions. Toutefois, la situation est complexe et hétérogène à l’échelle du pays. Dans certaines régions, un dialogue constructif s’est instauré ; dans d’autres, la confrontation est permanente. Tout dépend des conditions dans lesquelles les dirigeants en place sont arrivés au pouvoir. Lorsque quelqu’un est élu dans un fauteuil, après que tous ses concurrents ont été écartés par la grâce des notables locaux, comment s’étonner qu’il mène une politique favorable à ces derniers ? Et pourquoi se préoccuperait-il de l’opinion des électeurs ? La conséquence en est une méconnaissance profonde des conditions de vie de la population.

Plus que jamais nous devons prendre l’habitude d’agir en anticipant les évolutions futures de la société, et fédérer la population en proposant des idées modernes, bénéfiques pour la Russie. Mais, à tous les niveaux de l’État – administrations locales, municipales, régionales et même fédérales –, on rencontre encore une multitude de responsables sourds aux aspirations actuelles des Russes. Certains continuent de fonctionner comme au siècle dernier.

C’est-à-dire ?

E. P. : Par exemple, quand un vice-gouverneur considère que la commission électorale régionale doit lui obéir et qui, si elle lui résiste, monte contre elle les membres des commissions inférieures... Ce genre de pratique est de moins en moins fréquent,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Traduit par Julien Braun

Moscou démasquée

Depuis la rentrée, le nombre de cas quotidiens de contaminations au coronavirus a bondi de 50 % à Moscou. Rien d’étonnant à cela, au regard du respect très relatif des normes sanitaires.

23 septembre 2020