Élections locales en Russie : Un vote utile à n’importe quel prix

Le 8 septembre, des élections régionales et municipales se tiendront en Russie. À la différence des scrutins précédents, Moscou, dont la population élira les députés de la Douma locale, a été le théâtre d’une campagne émaillée de scandales. 

Une mobilisation inédite

Pour se présenter à l’élection des quarante-cinq députés du parlement moscovite, les candidats avaient deux possibilités. La première : bénéficier du soutien d’un des quatre partis déjà représentés à la Douma locale ‒ Russie unie, le Parti communiste (KPRF), le Parti libéral-démocrate (LDPR), et Rodina ‒ et se faire inscrire sur la liste de ce parti ; la seconde : se présenter en tant que candidat indépendant ou affilié à un parti ne siégeant pas à la Douma. Dans ce cas, le candidat devait au préalable recueillir environ 5 000 signatures. 

Sur les 290 personnes ayant déposé leur dossier de candidature, 233 ont été enregistrées. Parmi elles, 93 n’ont pas remis de signatures : 45 sont issues du parti LDPR, 44 du KPRF, et quatre de Rodina. Un total de 77 candidats sont membres de partis non présents à la Douma de Moscou. La commission électorale locale a accepté les signatures collectées par 40 candidats de Russie juste, 32 des Communistes de Russie, deux de Iabloko, et un de Force citoyenne, du Parti des Verts et du Parti de la Croissance. Curieusement, aucun membre de Russie unie ne figure sur cette liste : tous se présentent en tant que candidats indépendants. 

Manifestation à Moscou le 10 Août 2019. Crédit : Tatyana Makeyeva / Reuters

En définitive, la commission électorale a refusé treize candidats indépendants sous le prétexte que plus de 10 % de leurs signatures étaient non-conformes. Cette décision a été le point de départ des manifestations les plus massives qu’ait connues la capitale russe ces dernières années – tant autorisées (le 20 juillet et le 10 août) qu’interdites (14 et 27 juillet,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Anton Ramov

Dernières nouvelles de la Russie

L’opposition dans la rue :
Objectif Moscou

Le 20 juillet dernier, à Moscou, entre dix mille (selon la police) et vingt-deux mille (selon les organisateurs) manifestants se sont rassemblés avenue Sakharov. Motif de leur mécontentement : le rejet, par la Commission électorale, de trente-neuf candidatures « hors-système » pour les élections locales du 8 septembre prochain.

 

26 juillet 2019

Politburo 2.0

Pour prendre les grandes décisions concernant l'avenir du pays, le président russe s'entoure d'un aréopage de neuf hommes. L’influence de ce « Politburo 2.0 », comme l'a baptisé le politologue Evgueni Minchenko -, serait sans commune mesure avec celle de toute autre structure du pouvoir en Russie.

 

27 juin 2019

Pavel Groudinine :
L’avenir nébuleux du communisme en Russie

Pavel Groudinine est au cœur d’un scandale politique. Alors que le président du parti communiste, Guennadi Ziouganov, souhaitait qu’il hérite du mandat du député Jaurès Alferov, récemment décédé, la Commission électorale a mis son veto.

 

1 avril 2019