Inondations à Irkoutsk :
Le pouvoir à l’épreuve de l’eau

Le 19 juillet dernier, Vladimir Poutine s’est rendu pour la deuxième fois en un mois dans la région d’Irkoutsk (Sibérie orientale), en proie à d’importantes inondations depuis juin. « Je constate que rien n’a été fait pour aider les victimes », a déclaré le président. Cette critique acerbe de l’administration fédérale fait écho au fort mécontentement de la population, alors que se profilent des élections locales décisives, en septembre prochain.

Depuis un mois, Touloun, ville de 41 000 habitants de la région d’Irkoutsk, est sous les eaux. Les inondations ont fait une vingtaine de morts et détruit des centaines d’habitations. Aujourd’hui, des milliers de personnes sont sans logement, et la quasi-totalité de la population souffre au quotidien des conséquences de la catastrophe. « Toute la ville est détruite, le prix de l’eau explose, les routes sont coupées, il n’y a plus de cars pour sortir de la ville », se lamente Oksana, 46 ans. Tandis que la lente baisse des eaux et la chaleur font craindre des épidémies, les habitants se demandent où et comment ils passeront l’hiver : la construction de nouveaux logements n’est prévue que pour 2020.

C’est dans ce contexte dramatique qu’a été lancée, dans toute la région, la campagne des municipales du 8 septembre prochain. Sur les réseaux sociaux, les photographies montrant l’aide humanitaire envoyée par le parti du pouvoir, Russie unie, provoquent la colère de la population : « En général, je ne vote pas, mais je participerai aux prochaines élections rien que pour empêcher le maire [Iouri Karikh, membre de Russie unie] de repasser », commente Oksana.

Irkoutsk la rebelle

Si Vladimir Poutine est coutumier des visites dans les zones sinistrées, sa présence en Sibérie orientale à moins de deux mois des élections locales n’a rien de fortuit. Les habitants de la région d’Irkoutsk sont en effet connus pour leur tempérament contestataire et leur propension à ne pas voter pour les candidats du pouvoir.

Dans les années 1990, la région d’Irkoutsk avait à sa tête Iouri Nojikov. Connu pour sa posture de « protecteur du peuple », cet ancien entrepreneur de BTP ne se gênait pas pour critiquer le président de l’époque, Boris Eltsine. Sur sa statue, érigée dans une des rues principales d’Irkoutsk,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Alexandre Braterski

Dernières nouvelles de la Russie

Vol MH17 : le ciel ne peut plus attendre

Le mercredi 19 juin, aux Pays-Bas, une équipe composée d'experts internationaux a présenté ses conclusions sur la catastrophe du Boeing 777 de la Malaysia Airlines abattu, en juillet 2014, dans le ciel du Donbass.

 

18 juin 2019

Ibizagate :
Une blonde fatale aux relations entre Moscou et Vienne

Le 27 mai, à Vienne, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les députés ont voté une motion de censure contre le chef du gouvernement, le chancelier Sebastian Kurz, le contraignant à démissionner.

 

29 mai 2019

Volodymyr Zelensky, acteur avant tout…

Le 21 avril prochain, l'humoriste Volodymyr Zelensky affrontera le président sortant, Petro Porochenko, au second tour de l’élection présidentielle ukrainienne. Le réalisateur russe Marius Vaisberg, qui l’a fait tourner plusieurs fois au cinéma, revient sur le caractère et les influences artistiques de l’acteur.

 

12 avril 2019