Lev Goudkov : Poutine doit faire face à la grogne sociale

Selon une étude menée en novembre par le Centre Levada*, la popularité de Vladimir Poutine auprès de la population s'effrite : seuls 40 % des Russes seraient aujourd’hui prêts à voter pour le président, contre 53 % il y a un an. Curieusement, une enquête réalisée à la fin du mois de novembre par le Fonds Opinion publique (FOM), dont le client principal est le Kremlin, affiche des résultats presque similaires. Lev Goudkov, directeur du Centre Levada, commente ces chiffres pour Le Courrier de Russie.LCDR : Différents sondages montrent que, pour la première fois en cinq ans, la cote de popularité de Vladimir Poutine est descendue en dessous de 60 %, retombant ainsi à son niveau de février 2014. Qui plus est, selon une étude du Centre Levada, 61 % des Russes estiment que leur président est responsable des problèmes auxquels est confronté le pays, contre 55 % un an plus tôt... Lev Goudkov : La cote de popularité du président russe augmente dans les situations exceptionnelles. Il s’agit le plus souvent de campagnes militaires. Vladimir Poutine a ainsi connu des pics de popularité au début de la seconde guerre de Tchétchénie en 1999, pendant la guerre russo-géorgienne en 2008, et à l’occasion de l'annexion de la Crimée en 2014. Néanmoins, depuis 2016, on observe au sein de la société une fatigue psychologique causée par ces événements.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
« Le problème, c’est le manque d’indépendance de la justice »

Le 9 juillet dernier, le tribunal Basmanny de Moscou a prolongé de trois mois la détention provisoire du Français Philippe Delpal, arrêté en février pour escroquerie dans l’affaire Baring Vostok. La décision inquiète le défenseur des droits des entrepreneurs Alexandre Khouroudji.

 

7 août 2019

Ménages russes :
Un endettement bienvenu

L’endettement des Russes va croissant depuis deux ans. En 2018, quelque 15 millions de personnes, soit un emprunteur sur trois, avaient au moins trois crédits en cours de remboursement, soit 12 % de plus que l’année précédente. Le ministre de l’Économie, Maxime Orechkine, tire la sonnette d’alarme.

 

1 août 2019

Protectionnisme :
Les amateurs de vin passent à la caisse

Le 17 juillet, la Douma d’État (la chambre basse du parlement russe) a adopté en première lecture une proposition de loi augmentant la taxation du vin à partir de janvier 2020. La taxe passera de 18 à 31 roubles (de 0,25 à 0,44 euro) par litre de vin tranquille, et de 36 à 40 roubles (de 0,51 à 0,57 euro) par litre de vin pétillant.

 

30 juillet 2019