Russie unie, un parti en sursis

Les congrès des deux piliers du poutinisme, le parti Russie unie et le Front populaire panrusse, viennent de se tenir à Moscou. Outre Vladimir Poutine et son Premier ministre, Dmitri Medvedev (président de Russie unie), des dizaines de gouverneurs, l’ensemble des dirigeants de l’administration présidentielle ainsi que de nombreux ministres ont participé aux deux événements. Leur objectif : réformer et moderniser la machine électorale qui les a portés et maintenus au pouvoir.Un petit scandale a éclaté lors du congrès de Russie unie : le ministre de l’Intérieur Vladimir Kolokoltsev comptait parmi les personnalités présentes dans la salle alors que, en vertu de la loi, le patron de la police russe n’a pas le droit de s'impliquer dans les activités des formations politiques. Le ministère a expliqué plus tard à la presse que M. Kolokoltsev avait participé à l’événement en qualité d’invité, et non en tant que membre du parti ou à titre professionnel.Pour les organisateurs du congrès, cette polémique n’est toutefois qu’un détail face à l’importance de la mission qui leur avait été confiée. Elle consistait à montrer au pays que les échecs essuyés par Russie unie cet automne, lors des élections régionales, et la baisse de popularité des principaux dirigeants de l'État n’avaient pas démoralisé l’élite politique du pays mais, au contraire, l’incitaient à redoubler d’efforts et à corriger ses erreurs.
En mars 2018, 53 % des Russes étaient prêts à voter pour Russie unie, contre 33 % aujourd'hui.
L’automne 2018 a été une période noire pour le Kremlin et ses soutiens. L’annonce de la réforme « la plus impopulaire de la décennie » – le report de l’âge de départ à la retraite – a entraîné une chute de la popularité de Vladimir Poutine,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Konstantin Glikine et Elena Teslova

Dernières nouvelles de la Russie

Opposants « malgré eux »

Les élections régionales, organisées courant septembre, ont créé la surprise en Russie. Le parti pro-Kremlin a perdu plusieurs de ses bastions au profit de candidats issus d’une opposition parlementaire censée être « aux ordres » depuis des années. Cette loyauté est aujourd’hui remise en cause.

 

17 octobre 2018

Pères et Fils de l’élite russe 2.0

Des dizaines de rejetons de hauts fonctionnaires et parlementaires russes étudient dans des universités américaines et européennes, et s’installent dans ces pays par la suite. Alors que leurs parents ont bâti leur carrière sur une opposition virulente à l’égard de l’Occident et de ses valeurs, certains d’entre eux sont ouvertement critiques envers la situation en Russie.

 

24 septembre 2018