Dmitri Orechkine :
« Chaque région russe vit dans un temps social qui lui est propre »

Le politologue et géographe Dmitri Orechkine étudie depuis longtemps les comportements électoraux de la population russe. Pour lui, la théorie d’une « ceinture orthodoxe » (cf. article « Les terres du conservatisme poutinien »), composée d'une dizaine de régions du sud et de l’est de la Russie et favorable au pouvoir, est fondée. À quelques nuances près...LCDR : Partagez-vous l’analyse des chercheurs de la Haute École d’Économie sur l'existence d'une « ceinture orthodoxe » acquise au pouvoir ?Dmitri Orechkine : En partie. Je reconnais que la majorité des régions citées ont un comportement électoral analogue. Toutefois, je n’irais pas jusqu’à dire que la foi orthodoxe et les questions religieuses jouent un rôle prépondérant, même si elles influencent, à la marge, les choix des électeurs. Par exemple, l’étude inclut la région de Moscou (à l’exclusion de la ville de Moscou elle-même) dans la « ceinture orthodoxe », malgré la forte présence de populations musulmanes originaires du Caucase et d’Asie centrale.De manière générale, en Russie, il convient de considérer le processus électoral comme un système mettant aux prises des élites locales dévouées au pouvoir (ce qu’on appelle le « facteur administratif ») à une opinion publique très différente d’une région à l’autre. Par exemple, le fort soutien au Kremlin observé en Tchétchénie, au Daghestan et dans d’autres régions du Caucase, est principalement le résultat des prises de positions des autorités locales. En revanche, à Moscou, à Saint-Pétersbourg, ou dans des régions lointaines de Sibérie et d’Extrême-Orient, où l’opposition connaît un succès supérieur à la moyenne, le tableau n'est pas le même : les relais du pouvoir n'ont pas la même emprise sur la population.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Nouvelle Russie,
nouvelle démographie

Selon une étude commandée par l’agence RIA Novosti, en 2018, la population russe est en baisse pour la première fois depuis dix ans, les flux migratoires ne parvenant pas à compenser la diminution de la natalité. Le pays compte aujourd’hui un peu plus de 146 millions d’habitants, soit environ 100 000 de moins qu’en 2017.

 

23 mai 2019

Oleg Viouguine : « Un rouble insensible à Trump et au cours du pétrole »

Depuis le début du printemps, le cours du rouble fait l’objet de nombreux commentaires et de prévisions contradictoires. L’ancien vice-président de la Banque centrale de Russie, Oleg Viouguine, se montre, quant à lui, plutôt optimiste.

 

22 mai 2019

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019