fbpx

Dmitri Orechkine :
« Chaque région russe vit dans un temps social qui lui est propre »

Le politologue et géographe Dmitri Orechkine étudie depuis longtemps les comportements électoraux de la population russe. Pour lui, la théorie d’une « ceinture orthodoxe » (cf. article « Les terres du conservatisme poutinien »), composée d’une dizaine de régions du sud et de l’est de la Russie et favorable au pouvoir, est fondée. À quelques nuances près…

LCDR : Partagez-vous l’analyse des chercheurs de la Haute École d’Économie sur l’existence d’une « ceinture orthodoxe » acquise au pouvoir ?

Dmitri Orechkine : En partie. Je reconnais que la majorité des régions citées ont un comportement électoral analogue. Toutefois, je n’irais pas jusqu’à dire que la foi orthodoxe et les questions religieuses jouent un rôle prépondérant, même si elles influencent, à la marge, les choix des électeurs. Par exemple, l’étude inclut la région de Moscou (à l’exclusion de la ville de Moscou elle-même) dans la « ceinture orthodoxe », malgré la forte présence de populations musulmanes originaires du Caucase et d’Asie centrale.

De manière générale, en Russie, il convient de considérer le processus électoral comme un système mettant aux prises des élites locales dévouées au pouvoir (ce qu’on appelle le « facteur administratif ») à une opinion publique très différente d’une région à l’autre. Par exemple, le fort soutien au Kremlin observé en Tchétchénie, au Daghestan et dans d’autres régions du Caucase, est principalement le résultat des prises de positions des autorités locales. En revanche, à Moscou, à Saint-Pétersbourg, ou dans des régions lointaines de Sibérie et d’Extrême-Orient, où l’opposition connaît un succès supérieur à la moyenne, le tableau n’est pas le même : les relais du pouvoir n’ont pas la même emprise sur la population. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Sergueï Gouriev, l’économiste qui échappe au Kremlin

Ancien recteur de l’École d’économie de Moscou, Sergueï Gouriev est le premier Russe à occuper (depuis 2015) le poste prestigieux de chef économiste de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). En 2013, il avait fui la Russie pour la France, de crainte d’être poursuivi dans le cadre de l’affaire Ioukos.* Alors qu’il devrait bientôt quitter ses fonctions à la BERD, certains commentateurs annoncent son prochain retour au pays…La décision de Sergueï Gouriev de quitter la BERD marque un nouveau tournant dans la vie de l’économiste. Le premier a lieu en 2013, quand, alors à l’apogée de sa carrière, il est contraint de quitter en hâte la Russie ainsi que ses fonctions de recteur de la Haute École russe d’économie.Son départ est dû aux accusations portées contre lui par les autorités russes et à ses craintes d’être poursuivi en justice dans le cadre de l’affaire Ioukos. A l’époque, Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev, copropriétaires de la compagnie pétrolière, ont déjà été condamnés pour malversation financière et purgent de lourdes peines de prison. L’entreprise est, quant à elle, liquidée et mise en vente. Plus tard, le géant public Rosneft rachètera la majorité des actifs de Ioukos.L’« affaire des experts de Ioukos »En 2011, sous la présidence de Dmitri Medvedev, le Conseil présidentiel pour les droits de l’homme met sur pied une commission d’experts concernant l’affaire Ioukos, à laquelle participent des juristes et des économistes russes et étrangers. La commission, dont fait partie Sergueï Gouriev, parvient à la conclusion que de graves violations ont été commises en 2005, lors de la seconde procédure pénale, initiée contre les cadres dirigeants de l’entreprise. Alors que l’on s’achemine vers l’annulation des verdicts prononcés à leur encontre, le Comité d’enquête russe annonce soudain qu’il soupçonne certains experts réunis au sein du Conseil présidentiel d’avoir touché de l’argent de Mikhaïl Khodorkovski entre 2003 et 2004. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

16 janvier 2019
Économie

Oleg Deripaska : La bataille du « roi de l’aluminium » contre les sanctions

L’année 2018 n’a pas été sans embûches pour le magnat russe de l’aluminium Oleg Deripaska. En avril, ses entreprises se voient fermer l’accès à l’ensemble du marché américain, et leurs actions dégringolent sur les bourses mondiales. L’homme d’affaires lui-même est l’objet de sanctions individuelles. Pourtant, 2019 pourrait se révéler plus clémente : à la surprise générale, en décembre dernier, le département du Trésor américain a annoncé une levée prochaine des restrictions sur les entreprises de Deripaska…Oleg Deripaska se souviendra longtemps du 6 avril 2018. Ce jour-là, le département du Trésor des États-Unis publie ce que la presse mondiale nomme rapidement le « rapport Kremlin » : une nouvelle liste noire de hauts fonctionnaires, d’hommes d’affaires et d’entreprises russes proches du Kremlin, placés sous sanctions. L’oligarque en fait partie.C’est un coup dur pour l’empire Deripaska, constitué notamment des géants de l’aluminium, Rusal, et de l’Énergie, Eurosibenergo, ainsi que de la holding En+ Group, qui réunit les intérêts du milliardaire dans l’aluminium et l’hydroélectricité. Les avoirs détenus par ces entreprises aux États-Unis sont gelés, et ces dernières se voient interdire toute transaction dans le pays. Autrement dit, le marché américain est alors totalement fermé au « roi de l’aluminium ».Le « plan Barker »Par peur des sanctions américaines dites « secondaires », de nombreux partenaires étrangers de l’oligarque préfèrent rompre toute collaboration avec lui. Les actions de ses entreprises s’effondrent littéralement sur les marchés boursiers. En une seule journée, le 9 avril 2018, Oleg Deripaska perd 1,3 milliard de dollars. Sa fortune, estimée à 6,7 milliards de dollars avant l’introduction des sanctions, s’est déjà réduite de moitié au mois d’août, selon le Trésor américain. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : Oleg Deripaska. Crédit : Wikimedia14 janvier 2019
International

« Gilets jaunes » : la piste russe dans l’impasse

Les services secrets russes sont-ils derrière le mouvement des « Gilets jaunes » ? Si une enquête officielle a été lancée en France, en Russie, la question agace. Le 8 décembre dernier, sur les Champs-Elysées, à Paris, deux « gilets jaunes » déploient le drapeau noir-bleu-rouge de la république autoproclamée de Donetsk. La photo des manifestants est aussitôt publiée sur la chaîne Telegram pro-Kremlin WarGonzo, avant d’être reprise sur un certain nombre de comptes Facebook et Twitter. Pour de nombreux internautes, c’est la preuve de la présence de Moscou derrière le mouvement. Cette théorie complotiste est notamment relayée par les Services de sécurité ukrainiens (SBU). Le 9 décembre, sur leur page Facebook, ils publient la photo, accompagnée d’un long commentaire mettant en garde les pays européens contre l’ingérence russe dans leurs affaires intérieures : « Le Kremlin emploie des méthodes abjectes afin de déstabiliser l’Europe, qu’il considère comme une menace. Depuis plusieurs années, Moscou tente ainsi de manipuler les mouvements sociopolitiques radicaux de différents pays », accuse le directeur du SBU, Vassyl Hrytsak. « Comme l’écrivait Vladimir Maïakovski : si les étoiles s’allument, c’est que cela sert à quelqu’un. » Dans le même temps, des médias anglo-saxons comme le Times ou l’agence Bloomberg évoquent une possible ingérence de Moscou dans le mouvement. Pour eux, entre 200 et 600 comptes Twitter liés à la Russie utiliseraient le mot-clé #giletsjaunes. Selon une étude de l’entreprise américaine New Knowledge, spécialisée dans la cybersécurité, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 décembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne