Manifestation en mémoire des événements tragiques d'octobre 1993. Crédits : RIAN

Une jeunesse sacrifiée : Au nom de quoi a-t-on brûlé la « Maison Blanche » ?

En ce mois d’octobre 2018, la Russie commémore le 25e anniversaire de la plus grave crise constitutionnelle de son histoire. En octobre 1993, l’opposition entre Boris Eltsine et le parlement dégénère en un conflit armé dans les rues de Moscou, qui fait plus de cent morts en quelques jours. La violence culmine lorsque le président russe ordonne à l’armée de faire feu sur le siège flambant neuf du parlement, connu sous le surnom de « Maison Blanche ». De nombreux représentants des deux camps s’accordent aujourd’hui à dire que, derrière les oppositions idéologiques, les ambitions personnelles des uns et des autres ont joué pour beaucoup dans ce déchaînement de violence. Alexandre Braterski, jeune reporter à l’époque, a assisté à ces événements tragiques. Il s’interroge, pour Gazeta.ru, sur les enseignements que nous devons en tirer.Il y a quelques années, une collègue, plus jeune que moi, est arrivée à la rédaction, vêtue d’un T-shirt représentant la « Maison Blanche » à demi-noire de suie, avec ces mots « Une jeunesse sacrifiée ». Je n’ai pas eu besoin de lui demander ce que cela signifiait, je le savais : c’est ma jeunesse à moi qui a été sacrifiée. J’avais dix-huit ans lorsque les chars de l’armée régulière russe ont tiré sur ce bâtiment, qui abritait alors le Congrès des députés du peuple, et aujourd’hui le gouvernement.Je me revois à l’époque, journaliste débutant, courant comme un fou dans tout Moscou afin d’informer l’agence pour laquelle je travaillais des événements qui étaient en train de se dérouler. Je l’en ai informée, mais je ne les comprenais pas moi-même.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre BraterskiTraduit par Laura Lannoy

Dernières nouvelles de la Russie

Volodymyr Zelensky, acteur avant tout…

Le 21 avril prochain, l'humoriste Volodymyr Zelensky affrontera le président sortant, Petro Porochenko, au second tour de l’élection présidentielle ukrainienne. Le réalisateur russe Marius Vaisberg, qui l’a fait tourner plusieurs fois au cinéma, revient sur le caractère et les influences artistiques de l’acteur.

 

12 avril 2019

Les îles Kouriles, éternelle monnaie d’échange

Certes, Vladimir Poutine n’a pas rencontré Donald Trump à l’occasion du dernier sommet du G20, qui vient de s’achever à Buenos Aires. En revanche, il est parvenu à s’entendre avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, pour progresser sur la signature d’un traité de paix entre les deux pays – jamais conclu, formellement, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

6 décembre 2018

Moscou-New Delhi, une vieille histoire d’armes

En marge de la visite de Vladimir Poutine en Inde, en octobre 2018, un vaste contrat d’armement a été signé entre Moscou et Delhi, concluant plusieurs années de négociations : l’Inde recevra cinq systèmes de défense anti-aérienne S-400.

 

9 octobre 2018