La fin du délit d’aimer sur les réseaux sociaux russes ?

Contre toute attente, Vladimir Poutine a proposé, début octobre, d’assouplir l’article 282 du Code pénal russe, qui permet d’engager des poursuites pour partage ou approbation ( « like ») de contenus sur les réseaux sociaux.

Depuis son entrée en vigueur, cette disposition du Code pénal sur « l’incitation à la haine ou à l’hostilité et au non-respect de la dignité humaine » suscite de la tension, de la peur et un flot de critiques dans la société russe. Les défenseurs des droits ont rapporté quantité de recours abusifs à cet article.
Selon les statistiques publiées par le Parquet, les trois quarts des dossiers ouverts au titre de l’article 282 portent sur des publications en ligne. De nombreux citoyens russes ont ainsi été arrêtés et jugés pour avoir simplement posté des textes, des mèmes ou des vidéos sur les réseaux sociaux.

Ainsi Andreï Boubeev a-t-il été condamné, en mai 2016, à deux ans et trois mois de prison pour extrémisme et séparatisme, après avoir reposté, sur sa page VKontakte, le Facebook russe, un article intitulé « La Crimée, c’est l’Ukraine », signé par un journaliste radical de gauche, Boris Stomakhine.

Tel est aussi le cas de Dmitri Tretiakov, arrêté en mars 2018 et maintenu en détention pendant deux mois : ce juriste de Vladivostok avait partagé un post publié sur Telegram par Arkadi Babtchenko, un opposant radical au pouvoir (l’homme est devenu tristement célèbre en mai dernier, après avoir mis en scène, avec la complicité des services de renseignement ukrainien, son propre ‒ et faux ‒ assassinat, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Trump, Tourgueniev et les toilettes de la gare routière de Voronej

J’ai vu passer l’autre jour un étonnant montage vidéo, proposé par la branche « RT Documentaire » de la chaîne Russia Today : « Saviez-vous que Trump, May et Macron lisaient Tourgueniev ? », annonçait un titre racoleur sur des images où l’on voyait les trois protagonistes haranguer des foules. Stupéfaite à l’idée que ces trois personnages récitent du Tourgueniev en plein meeting, je m’empressai de cliquer.

10 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne