Russie unie divisée face à la réforme des retraites

Sergueï Jelezniak, considéré comme l'un des principaux idéologues de Russie unie, le parti au pouvoir, a donné sa démission « pour convenances personnelles », le 26 juillet, une semaine après que sa formation a voté ‒ presque à l’unanimité ‒ en faveur du projet de loi sur le relèvement de l’âge de la retraite, soumis en première lecture aux députés de la Douma d’État. Sergueï Jelezniak était absent lors du vote « pour cause de maladie ».À 48 ans, Sergueï Jelezniak est l'une des personnalités les plus en vue de Russie unie. Il apparaît souvent dans les talk-shows politiques sur les chaînes de télévision nationales, donne volontiers des interviews devant la Douma d’État. Son refus de voter, le 19 juillet, en faveur de la réforme des retraites (c’est ainsi que son absence, lors du vote, est interprétée à Moscou) en a étonné plus d’un. Rappelons que la réforme prévoit d'allonger progressivement, à partir de l'an prochain, l'âge de départ à la retraite de cinq ans pour les hommes (de 60 à 65 ans) et de huit ans pour les femmes (de 55 à 63 ans). Aussi impopulaire cette mesure soit-elle (selon les sondages, plus de 90% des russes y sont opposés), l'ensemble des élus de Russie unie l’a approuvée après des explications détaillées du gouvernement, notamment du ministre des Finances Anton Silouanov.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elena Teslova

Dernières nouvelles de la Russie

« Il est temps de lever les sanctions contre les Talibans »

Le 22 février 2019, le représentant spécial du président de la Russie pour l’Afghanistan, Zamir Kaboulov, a rencontré son homologue américain Zalmay Khalilzad à Ankara, en Turquie. Le diplomate russe dresse un état des lieux de la situation à Kaboul.

 

26 février 2019

Conflit syrien :
Moscou et Ankara à la manœuvre

Le 14 février, Vladimir Poutine recevra, à Sotchi, ses homologues turc et iranien, Recep Tayyip Erdoğanet Hassan Rohani, afin d’évoquer la situation en Syrie.

 

13 février 2019

« Moscou ne peut pas se permettre de faire crédit à l’Afrique »

Du 14 au 16 janvier 2018, le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa était en visite officielle en Russie. Cet événement confirme l’intérêt croissant de la Russie pour le continent africain, estime Engin Ozer, africaniste et directeur du centre d’information et d’analyse Golos Afriki – « La voix de l’Afrique ».

 

24 janvier 2019