Éminence grise à la russe : Sur l’épaule de Lénine

« Éminence grise » : le surnom donné à François Leclerc du Tremblay, proche conseiller du cardinal de Richelieu, est entré depuis longtemps dans le langage courant. L’expression connaît notamment une forte popularité auprès des historiens et des politologues, toujours prêts à chercher (et à trouver), derrière chaque homme de pouvoir, celle ou celui qui, tout en préférant rester dans l’ombre, influence directement sa politique.
Ces conseillers si particuliers existent partout : n’importe quel homme d’État, surtout s’il cultive un penchant autoritaire, a besoin d’avoir une personne, au sein de son cercle le plus rapproché, en qui il puisse avoir confiance. Même les dirigeants soviétiques avaient leurs éminences grises.

Dans un État totalitaire, l’Histoire est un marécage où l’on s’embourbe aisément. L’histoire de l’URSS est réécrite plus d’une fois au cours du XXe siècle. On rédige alors les manuels scolaires moins pour raconter la vérité que pour la cacher. Même chose pour les Mémoires. Le pouvoir soviétique est hermétique, fermé par principe, tant aux yeux de son propre peuple qu’à ceux des observateurs étrangers. Le sens véritable de son action doit se lire dans les signes les plus inattendus. Ainsi, dans les années 1970, les soviétologues américains s’exercent-ils à déduire la montée en puissance ou la perte d’influence des différents membres du Bureau politique du Parti d’après leur disposition à la tribune, sur le mausolée de Lénine, lors des cérémonies officielles se déroulant sur la place Rouge.
Après la chute de l’URSS, pendant la décennie Eltsine, le pouvoir russe entrouvre la porte, et il devient plus facile d’identifier les éminences grises.

Le Courrier de Russie inaugure une série d’articles sur ces hommes de l’ombre qui conseillèrent les leaders soviétiques et leurs successeurs.

Première partie :

Alexandre Parvus et Vladimir Bontch-Brouïevitch

Sur l’épaule de Lénine

Il n’a fallu que quelques années à Lénine pour, de dirigeant d’un parti minuscule qu’il était, devenir le chef absolu d’un pays gigantesque, détruire un empire séculaire et le remplacer par un État nouveau, sans précédent, impitoyable envers les siens et les autres. Parmi ses nombreux compagnons d’armes, aventuriers politiques désespérés et adeptes dogmatiques du marxisme, quels sont ceux qui l’ont influencé ? Osons citer deux noms. Ce ne sont pas des éminences grises au sens strict, mais des hommes qui ont incontestablement joué un rôle important dans la carrière politique de Lénine. Sans l’un, le coup d’État de 1917 n’aurait peut-être pas eu lieu ; l’autre a fondé les institutions qui ont déterminé l’orientation de l’État soviétique.

Alexandre Parvus : le beau-père de la révolution

Le premier des deux personnages qui nous occupent aujourd’hui est Israël Gelfand, fils d’un artisan juif des environs de Minsk. Il passe son enfance à Odessa, où sa famille a dû migrer après l’incendie qui a ravagé le shtetl. Le père travaille comme docker mais réussit à inscrire son fils au lycée. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Ivan Davydov

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

Nouvelle Grandeur : La Jeunesse russe sur le devant de la scène politique

Mercredi 15 août, sous des trombes d’eau, une poignée de russes se sont rassemblés au pied du bâtiment de la Cour Suprême pour protester contre l’emprisonnement de deux adolescentes arrêtées pour « extrémisme ». Pour leurs familles et leurs avocats, l’affaire est une manipulation visant à faire un exemple et effrayer les jeunes russes tentés par l’opposition.

21 août 2018
Politique

Nouvelle Grandeur : Une opposition radicalisée par le pouvoir ?

Depuis six mois, la société civile russe est agitée par le scandale de l’affaire « Nouvelle Grandeur », du nom d’un groupe de jeunes opposants originaires de Moscou et de sa région. L’organisation a été inscrite sur la liste des « groupuscules extrémistes » de Russie, et dix de ses membres ont été appréhendés en mars dernier, dont Anna Pavlikova et Maria Doubovik, respectivement 17 et 19 ans au moment de leur arrestation. Le 16 août, les deux jeunes femmes ont été libérées et assignées à résidence, dans l’attente de leur procès. Selon les enquêteurs, Nouvelle Grandeur a été créée en novembre 2017, par sept hommes et deux femmes, afin « de renverser le gouvernement russe par la violence », notamment « en participant à des révoltes populaires et des actions révolutionnaires ». Pour la police, le leader du groupe est Rouslan Kostylenkov, un Moscovite âgé de 25 ans. Au cours d’un premier interrogatoire, le jeune homme aurait avoué que « l’objectif de l’organisation est de rétablir l’ordre sur le territoire de la Fédération de Russie, en faisant le procès des représentants de l’élite au pouvoir et en abolissant les lois répressives en vigueur, la Constitution, etc. » Opposants ou extrémistes ? Pour l’instruction, Nouvelle Grandeur serait l’émanation directe d’un groupuscule anarchiste d’extrême-gauche aujourd’hui interdit et démantelé, Artpodgotovka, fondé par l’opposant Viatcheslav Maltsev en 2013. Ce dernier, connu pour son nationalisme de gauche, avait créé la surprise en 2016, en se présentant aux législatives à la Douma au nom du parti de la Liberté populaire (Parnass), libéral-conservateur, soutenant traditionnellement les « valeurs occidentales ». Au départ, le terme Artpodgotovka (littéralement : « la salve d’artillerie avant l’assaut ») était le nom du blog animé par Maltsev sur YouTube. Mais dans la presse, la formule désigne peu à peu le groupe constitué autour de l’opposant. Situé à l’extrême-droite de l’échiquier politique au moment de sa création, Artpodgotovka évolue ensuite vers le libéralisme, puis vers l’anarchisme de gauche. Malgré ces voltes-faces idéologiques, l’organisation a toujours prôné la démocratie directe, teintée d’une forte dose de populisme (son programme prévoyait notamment la suppression des impôts et l’effacement de toutes les dettes de crédit). Dans son blog, Viatcheslav Maltsev appelle à faire la révolution pour renverser Vladimir Poutine ‒ un « grand soir » prévu pour le 5 novembre 2017. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : Jean Colet - LCDR21 août 2018
Politique

Les libertariens : étoile montante ou étoile filante de l’opposition ?

Pour de nombreux analystes, la manifestation organisée le 30 avril à Moscou en soutien à la messagerie cryptée Telegram et à l’Internet libre constitue le plus grand rassemblement de l’opposition russe cette année. Le Parti libertarien de Russie (LPR) est à l’origine de cet événement auquel entre 10 000 et 15 000 personnes ont participé. Le LPR serait-il l’étoile montante de l’opposition russe ? La boutique en ligne du LPR est une sorte de vitrine de la formation politique, elle permet de se familiariser rapidement avec ses idées. Elle propose un large choix de t-shirts, de mugs, de badges, d’autocollants et d’autres produits portant les symboles et les slogans des libertariens. Dans cette vitrine virtuelle, le symbole officiel du parti – un aigle aux ailes déployées – cohabite avec un serpent à sonnettes sous lequel il est inscrit Don’t tread on me (« Ne marche pas sur moi »). Il s’agit pour les libertariens de montrer leur volonté de défendre leur liberté en cas d’attaque dirigée contre eux tout en prônant le pacifisme. A coté des inscriptions F*** the state et Enjoy capitalism – parmi les plus populaires auprès des militants –, on trouve également la suivante : « Je veux que les couples homosexuels puissent défendre leurs cultures de cannabis avec des armes achetées avec des bitcoins. » Cette phrase met en exergue plusieurs principes fondamentaux du Parti libertarien : liberté économique, décentralisation des services de police, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

16 mai 2018