Le Courrier de Russie

Alvaro Vargas Llosa : « La Coupe du monde va aider la Russie à sortir de l’isolement »

Pour cette Coupe du monde 2018 en Russie, la FIFA a reçu plus de 670 000 demandes de billets en provenance d’Amérique du Sud. Le journaliste, politologue et écrivain péruvien Alvaro Vargas Llosa, fils de l’écrivain Mario Vargas Llosa, a assisté aux matchs à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kazan et Samara. Il revient pour Le Courrier de Russie sur l’organisation de l’événement, ses équipes favorites et les liens, parfois indissociables, entre football et politique.

Le Courrier de Russie : Avant la Coupe du monde, les autorités de plusieurs pays occidentaux, en particulier le Royaume-Uni, ont tenté de convaincre leurs compatriotes de renoncer à se rendre en Russie pour des raisons de sécurité, évoquant la menace terroriste. Ces craintes étaient-elles justifiées ? Plus globalement, que pensez-vous de l’organisation de ce championnat ?

Alvaro Vargas Llosa : Tout d’abord, j’estime que personne ne devrait céder au chantage des terroristes, par exemple en renonçant à assister à des compétitions sportives à l’étranger. Sinon, précisément, ce sont les terroristes qui gagnent.
Quant à l’organisation de cette Coupe du monde en Russie, elle est parfaite ! Les villes hôtes ont été très bien choisies, et les infrastructures sont irréprochables. On est loin de l’improvisation crasse qui avait caractérisé l’organisation de la précédente Coupe du monde au Brésil, où certains chantiers n’étaient même pas terminés pour les premières rencontres. Les Russes sont même mieux préparés que l’Afrique du Sud, en 2010. Bien sûr, le pouvoir russe n’est pas idéal, il peut faire des erreurs sur le plan social et économique, mais en tout cas, le pays est capable d’organiser des fêtes sportives grandioses ! Nous avons pu nous en rendre compte.

« On sent une influence africaine dans l’équipe de France. »

LCDR : Football européen ou football latino-américain ? […]