Alvaro Vargas Llosa : « La Coupe du monde va aider la Russie à sortir de l’isolement »

Pour cette Coupe du monde 2018 en Russie, la FIFA a reçu plus de 670 000 demandes de billets en provenance d’Amérique du Sud. Le journaliste, politologue et écrivain péruvien Alvaro Vargas Llosa, fils de l’écrivain Mario Vargas Llosa, a assisté aux matchs à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kazan et Samara. Il revient pour Le Courrier de Russie sur l’organisation de l’événement, ses équipes favorites et les liens, parfois indissociables, entre football et politique.

Le Courrier de Russie : Avant la Coupe du monde, les autorités de plusieurs pays occidentaux, en particulier le Royaume-Uni, ont tenté de convaincre leurs compatriotes de renoncer à se rendre en Russie pour des raisons de sécurité, évoquant la menace terroriste. Ces craintes étaient-elles justifiées ? Plus globalement, que pensez-vous de l’organisation de ce championnat ?

Alvaro Vargas Llosa : Tout d’abord, j’estime que personne ne devrait céder au chantage des terroristes, par exemple en renonçant à assister à des compétitions sportives à l’étranger. Sinon, précisément, ce sont les terroristes qui gagnent.
Quant à l’organisation de cette Coupe du monde en Russie, elle est parfaite ! Les villes hôtes ont été très bien choisies, et les infrastructures sont irréprochables. On est loin de l’improvisation crasse qui avait caractérisé l’organisation de la précédente Coupe du monde au Brésil, où certains chantiers n’étaient même pas terminés pour les premières rencontres. Les Russes sont même mieux préparés que l’Afrique du Sud, en 2010. Bien sûr, le pouvoir russe n’est pas idéal, il peut faire des erreurs sur le plan social et économique, mais en tout cas, le pays est capable d’organiser des fêtes sportives grandioses ! Nous avons pu nous en rendre compte.

« On sent une influence africaine dans l’équipe de France. »

LCDR : Football européen ou football latino-américain ? […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Eugene Bai

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Instagram plus fort que Russia Today

Des centaines de milliers d'étrangers découvrent la Russie à l'occasion de la Coupe du monde de football. Une situation inédite dans l’histoire du pays et une opportunité inespérée pour sortir celui-ci de l’impasse internationale, nous explique Igor Porochine du Centre Carnegie.

13 juillet 2018
Opinions

Le miracle moscovite – Quand le Mondial révèle une autre Russie

Moscou, le 1er juillet 2018 au soir. Il y a quelques minutes, le gardien russe Igor Akinfeev a arrêté miraculeusement, du bout de son pied gauche projeté en l’air, un penalty de l’attaquant espagnol Iago Aspas. L’équipe nationale, la Sbornaïa, est en quart de finale de la Coupe du monde, les rues et les places de la capitale s’emplissent d’une foule en délire. Des dizaines de milliers de Russes sont descendus fêter cette victoire dans les rues de Moscou, et pas seulement des amateurs de football. « Je ne sais pas comment je me suis retrouvée ici, c’est comme si mes jambes m’avaient portée vers la foule, confie Tamara Iskhakova, retraitée de 62 ans. Je ne m’intéresse pas vraiment au football, et surtout, je n’aurais jamais pensé qu’il pouvait rassembler les gens à ce point. Les hommes politiques n’arrêtent pas de nous parler des valeurs qui rassemblent. Eh bien, en voilà une, et une vraie ! Qui vaut mieux que beaucoup d’autres. » « La réalité détonnait complètement par rapport à l’image de misère universelle, de grisaille et de désolation à laquelle les grands médias ont habitué l’Occidental moyen. » La dernière explosion d’euphorie collective, à Moscou –plusieurs restaurants avaient même sorti des tables sur le trottoir et offraient le champagne à tous les passants ! […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

2 juillet 2018
Mondial 2018

Le football en Russie : se mesurer à l’Occident

Le football a toujours été pour le pouvoir russe un enjeu politique : celui d’une comparaison avec son éternel rival et modèle occidental. Régis Genté, auteur de Futbol, le ballon rond de Staline à Poutine, une arme politique, répond aux questions du Courrier de Russie.

19 juin 2018