Le Courrier de Russie

Valentin Ioumachev : le fantôme de Eltsine de retour au Kremlin

IVANOVO REGION, RUSSIA Ц JUNE 13, 2017: Igor Zyuzin (L), Chairman of the Board of Directors at Mechel, and Russia's Construction, Housing and Utilities Minister Mikhail Men at the opening of the 11th Andrei Tarkovsky International Film Festival "Zerkalo" [Mirror]. Vladimir Smirnov/TASS –осси€. »вановска€ область. 13 июн€ 2017. Ѕывший глава администрации президента –оссии ¬алентин ёмашев и министр строительства и жилищно-коммунального хоз€йства –‘ ћихаил ћень (слева направо) на церемонии открыти€ ’I ћеждународного кинофестивал€ имени ј. “арковского "«еркало" в ѕлесе. ¬ладимир —мирнов/“ј——

Tous les médias russes ont relayé l’annonce, la semaine dernière, de la nomination de Valentin Ioumachev – autrefois conseiller, plume et gendre de Boris Eltsine – au poste de conseiller du président Poutine. Peu après sa nomination, les mêmes médias, stupéfaits, apprenaient qu’il occupait en réalité ces fonctions depuis dix-huit ans !

Le 22 juin dernier, un décret publié sur le site du Kremlin désigne un nouveau conseiller présidentiel : Valentin Ioumachev. Si l’homme est une grande figure des années 1990, proche du premier président élu, Boris Eltsine, dont il a même épousé la fille, le pays n’en a quasiment plus entendu parler depuis la passation de pouvoirs à Vladimir Poutine, en 2000.

Boris Eltsine, Valentin Ioumachev et Tatiana Ioumachev (à gauche). Crédits : archives

Le retour de Ioumachev a fait la une de tous les journaux qui, sur fond d’accalmie estivale, étaient jusque-là concentrés sur le championnat du monde de football et la très impopulaire réforme des retraites. Mais l’effet a été de courte durée : du côté de l’administration présidentielle, on explique maintenant que Valentin Ioumachev conseille le président Poutine depuis dix-huit ans, le décret annonçant sa récente nomination étant dû à une « erreur de manipulation » !

« Plusieurs journaux russes affirment que Ioumachev aurait suggéré Vladimir Poutine comme successeur potentiel de Boris Eltsine »

Interrogé sur le sujet, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, confirme que Valentin Ioumachev est depuis longtemps l’un des conseillers de la présidence, mais s’abstient de commenter l’« erreur de manipulation ». Cette pagaille au sommet du pouvoir a engendré un débat dans la presse et ravive le souvenir des années 1990. La période reste très controversée en Russie : « règne du chaos » pour les médias officiels, qui évoquent l’explosion de la criminalité et la faiblesse de l’État ; intermède bref mais authentiquement libéral et démocratique – coincé entre le totalitarisme soviétique et la « nouvelle autocratie » de Poutine – pour ceux de l’opposition.

L’éminence grise du président

Au temps de la présidence Eltsine, l’ex-journaliste Valentin Ioumachev passe pour être « l’éminence grise » du Kremlin. Il rencontre l’ancien président russe en 1989, et coécrit, l’année suivante, le documentaire politique Boris Eltsine, un portrait dans la lutte.

Nommé « rédacteur » du président après son élection, en juin 1991, il écrit ses discours et ses Mémoires. La réélection de Boris Eltsine, en 1996, le propulse conseiller du président pour les relations publiques. En 1997 et 1998, Valentin Ioumachev dirige l’administration présidentielle.

Le millionnaire Piotr Aven, codirecteur d’Alpha Group, écrit dans son livre L’ère Berezovski (« The Time of Berezovsky »), publié en mai dernier, que certains membres de l’administration présidentielle recrutés à l’époque par Ioumachev y travaillent toujours. Plusieurs journaux russes, le quotidien Kommersant en tête, affirment en outre que Valentin Ioumachev aurait suggéré Vladimir Poutine comme successeur potentiel de Boris Eltsine.

Vladimir Poutine et Boris Elstine. Crédits : rnto.club

Après le départ de ce dernier, à la fin de l’année 1999, le conseiller disparaît toutefois des radars. Kommersant affirme que l’un des premiers décrets signés alors par le président par intérim Vladimir Poutine visait précisément à se séparer de Valentin Ioumachev. Si rien ne vient confirmer cette information sur le site du Kremlin, on n’y trouve pas non plus mention d’une quelconque reconduction de l’homme à ce poste ou un autre.

La vie après Eltsine

On sait peu de chose de la vie « post-Eltsine » de Ioumachev. En 2002, il épouse Tatiana Diatchenko, fille cadette et conseillère de l’ancien président, qui lui donne rapidement une fille. Un an plus tôt, en 2001, Polina, la fille que Ioumachev a eue d’un premier mariage, épouse le millionnaire Oleg Deripaska, actuel dirigeant de Rusal.

« On reparle de Valentin Ioumachev à l’occasion de la sortie du documentaire L’Affaire Sobtchak, dans lequel apparaît également Vladimir Poutine »

Suivent dix ans de silence autour des époux Ioumachev, pourtant « chouchous » des médias dans les années 1990. Ils refont brièvement surface après l’élection à la présidence de Dmitri Medvedev (2008-2012). Dans son best-seller de 2015, Toutes les troupes du Kremlin, le journaliste russe Mikhaïl Zygar consacre un chapitre entier à Valentin et Tatiana Ioumachev, affirmant qu’ils souhaitent revenir sur le devant de la scène politique. Mais le public, du moins, ne constate aucun grand retour.

Valentin et Tatiana Ioumachev. Crédits : Facebook – Valentin Ioumachev

La famille réapparaît encore à l’occasion de l’ouverture du Eltsine Center, inauguré en 2015 à Ekaterinbourg, ville où le président de Russie (décédé en 2007) a passé une grande partie de sa vie et commencé sa carrière politique. Le musée a été créé à l’initiative de la Fondation Eltsine, dont les époux Ioumachev sont membres fondateurs.

On reparle enfin de Valentin Ioumachev lors de la sortie du documentaire L’Affaire Sobtchak, pour lequel il a été interviewé. Le film revient sur la figure d’Anatoli Sobtchak, autre célèbre homme politique de l’ère Eltsine et premier maire élu de Saint-Pétersbourg. C’est aux côtés d’Anatoli Sobtchak que Vladimir Poutine, qui apparaît également dans le documentaire, est entré en politique. Le film est cosigné par Ksenia Sobtchak, fille d’Anatoli, candidate à la dernière présidentielle, et qui, selon certains experts politiques, pourrait un jour succéder à Vladimir Poutine.

« Valentin Ioumachev était et reste plutôt une personne de confiance pour Vladimir Poutine »

« Je ne pense pas que cette nomination change quoi que ce soit, étant donné que Ioumachev conseille Poutine depuis toujours, déclare le politologue Fedor Kracheninnikov. Quant au fait qu’un document interne de routine se retrouve publié sur le site du Kremlin, c’est effectivement le signe d’une lutte entre groupes d’influence autour du président, dans son entourage. Mais ce n’est pas non plus une nouveauté. »

Mikhaïl Vinogradov, autre politologue, relève quant à lui que si certains croient à l’erreur de manipulation, d’autres y voient le signe « soit d’un changement de cap vers une politique moins radicale, soit, simplement, d’une réhabilitation des proches de l’ancien président Eltsine ».

Faire oublier la réforme des retraites

Gleb Pavlovski, conseiller au sein de l’Administration présidentielle dans les années 2000, estime que le retour inattendu de Valentin Ioumachev au sommet de l’État vise à « créer la surprise et [à] détourner l’attention de la population de la réforme des retraites [qui prévoit notamment de relever l’âge de départ à la retraite de cinq ans pour les femmes et huit pour les hommes, ndlr].  Ioumachev est associé à l’époque libérale de l’histoire de la Russie contemporaine, rappelle l’expert, et c’est précisément ce sur quoi voulaient insister » ceux qui ont organisé son retour sur le devant de la scène politique.