Le Kremlin à l’épreuve de la réforme des retraites

Le gouvernement russe propose de relever l'âge de départ à la retraite. La société s’y oppose fermement. Faut-il s'attendre à un mouvement social de grande ampleur ?Pour la première fois depuis longtemps, le gouvernement russe prend le risque de lancer une réforme impopulaire : le relèvement progressif de l’âge de la retraite, censé passer de 55 à 63 ans pour les femmes d’ici à 2034, et de 60 à 65 ans pour les hommes d’ici à 2028. Or, à en croire les sondages, plus de 90 % des Russes y sont opposés.

De plus en plus de retraités…

L’âge actuel de départ à la retraite en Russie a été fixé en 1932, et n’a pas bougé depuis. Le projet de loi soumis à la Douma d’État, la Chambre basse du parlement, par le Premier ministre Dmitri Medvedev, prévoit de le relever d’une année tous les deux ans.Cette mesure permettra d’augmenter les pensions de retraite, affirme le Premier ministre. En effet, le décret présidentiel établissant les priorités de ce nouveau mandat, publié au lendemain de l’investiture de Vladimir Poutine, le 7 mai dernier, promet une hausse des retraites indexée sur les taux annuels d’inflation (fixée par la Banque centrale russe à 2,4 % en avril 2018).
« Chaque année, la population active se réduit d’environ 400 000 personnes, alors qu’1,5 million de Russes prennent leur retraite »
L’évolution démographique de la Russie entraîne, dans le pays, un manque de jeunes actifs de plus en plus préoccupant, tandis que le nombre des retraités ne cesse d’augmenter, explique le gouvernement. Cet écart se creuse d’année en année, alourdissant constamment la charge qui pèse sur la population active.Aujourd’hui, la Russie compte 1,7 actif pour un retraité. Sachant que, chaque année, la population active se réduit d’environ 400 000 personnes, alors qu’1,5 million de Russes prennent leur retraite,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Piotr Orekhine

Dernières nouvelles de la Russie

Une économie entrée en résistance

En 2018, l’économie russe s’est maintenue à ses niveaux précédents, et les cours élevés du pétrole ont permis à Moscou de consolider ses réserves monétaires. Mais 2019 pourrait être d’une toute autre facture.

 

3 janvier 2019

États-Unis / Russie, la grande bataille du gaz

La Russie et l’Allemagne ne renonceront pas à construire le gazoduc Nord Stream-2, en dépit de la menace de sanctions américaines contre les entreprises engagées dans ce projet. C’est la conclusion que l’on peut tirer de la rencontre, le 18 août, entre le président Vladimir Poutine et la chancelière Angela Merkel.

 

Crédits Image : nord-stream2.com - un ouvrier travaille sur une canalisation déstinée au projet Nord Stream-227 août 2018

Les Russes contre la réforme des retraites

Le gouvernement russe promet que le projet de loi sur le relèvement de l’âge de la retraite permettra d’augmenter les pensions à un taux plus élevé que celui de l’inflation. Il affirme élaborer un programme spécial d’aide à l’emploi pour les personnes âgées. Néanmoins, Vladimir Poutine a déjà annoncé que cette réforme ne lui plaisait pas.

 

23 juillet 2018