Manifestations anti-Poutine : deux Russie face à face

Plus de 1 500 personnes auraient été interpellées le samedi 4 mai lors de manifestations antigouvernementales organisées dans tout le pays, à l’appel d’Alexeï Navalny, le principal opposant à Vladimir Poutine, qui lui aussi a été arrêté.

La foule crie « À bas le Tsar ! » ; et les cosaques foncent dans le tas en distribuant des coups de cravache aux manifestants. Petrograd, 1917 ? Non. Moscou, 2018.

En arrivant sur la place Pouchkine, les partisans d’Alexeï Navalny ont trouvé les lieux déjà occupés : une contre-manifestation de militants pro-Kremlin du Mouvement de libération nationale (NOD) entoure la statue du poète qui s’élève en son centre. Uniformes de cosaques, tenues de l’Armée Rouge, chants militaires et nuée de drapeaux noir et orange, ils scandent « Patrie, Liberté, Poutine ! » ou « Non aux fascisme américain ! ». En face d’eux, les jeunes anti-Poutine arrivent d’abord au compte-gouttes et se retrouvent totalement désorientés. Il règne sur la place, dans les premières minutes de cet étrange double meeting politique, une confusion complète: « Vous venez à la manifestation ? », « Oui, mais laquelle ? ».

Ce sont deux Russies diamétralement opposées qui se font face en ce début d’après-midi de mai. D’un côté, les nationalistes, plus poutinistes que Poutine, brandissent des portraits de leur président et exigent une révision de la Constitution pour l’expurger de ce qu’ils nomment « les articles coloniaux » : ce sont les deux articles prévoyant la primauté du droit international sur la législation russe et l’adoption par la Russie des principes démocratiques. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Reportage de Léo Vidal-Giraud

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Investiture: Poutine ne doit plus être le président d’une « forteresse assiégée »

L’investiture du président Poutine aura lieu le 7 mai. Ce sera pour lui la quatrième cérémonie de ce type, après 2000, 2004 et 2012. Il y a six ans, celle-ci s’était accompagnée de manifestations.

6 mai 2018
Économie

Les priorités économiques du quatrième mandat présidentiel

Le 7 mai, à l’occasion de sa quatrième prise de fonction à la tête de l’État, Vladimir Poutine devrait publier un grand décret (ou une série de décrets) établissant les priorités économiques du pays à l’horizon 2024. Le Courrier de Russie fait le point sur ce qui attend les Russes au cours des six prochaines années. Les priorités de ce quatrième mandat de six ans, annoncées à plusieurs reprises par Vladimir Poutine, sont connues. Parmi les principales, on peut citer l’accélération de la croissance nationale à des rythmes supérieurs à ceux de la croissance mondiale, la lutte contre la pauvreté, la hausse des dépenses pour l’éducation, la santé et les infrastructures, la modernisation technologique et le passage de la plupart des services publics à l’ère du big data. Grandes dépenses et réserves budgétaires L’agence Bloomberg a estimé que ces objectifs exigeraient, sur toute la période, jusqu’à 10 000 milliards de roubles de dépenses publiques (près de 132 milliards d’euros au cours actuel). Si le porte-parole du président, Dmitri Peskov, a réfuté ce chiffre, il a du moins admis que le décret sur les grandes priorités nationales était effectivement prêt. « Il a été soumis à toutes les expertises nécessaires. Il sera bientôt présenté au président. Et quand celui-ci aura jugé bon de le signer, nous vous en informerons », a-t-il déclaré à la presse. « La première mission du gouvernement sera de relancer la croissance économique » Tatiana Golikova, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 mai 2018
Politique

Quel gouvernement pour Vladimir Poutine ?

Immédiatement après son investiture, le président Vladimir Poutine proposera très probablement au parlement la candidature d’un nouveau Premier ministre. Conformément à la tradition, la Douma d’État l’entérinera dès le lendemain. Qui sera à la tête du prochain gouvernement et quels sont les autres changements ministériels possibles ? Si les contours de la future politique russe sont déjà nets, la composition du nouveau cabinet ministériel reste, elle, une énigme. Pour Alexeï Makarkine, expert du Centre de technologies politiques, ce genre de pronostic nécessite « le recours à un astrologue ». Les membres de l’actuel gouvernement eux-mêmes évitent d’évoquer l’avenir. Selon la chaîne de télévision Dojd, le premier vice-Premier ministre Igor Chouvalov a présenté sa démission avant de déclarer un peu plus tard se satisfaire de « toute tâche confiée par le président ». Arkadi Dvorkovitch, vice-Premier ministre dont beaucoup prédisent également la démission, à la question de savoir s’il ferait partie du nouveau gouvernement, a répondu : « Nul ne le sait. » Selon certaines rumeurs, Igor Chouvalov pourrait être remplacé par Andreï Belooussov, conseiller du président pour les questions économiques, qui supervisera le bloc « économie » du gouvernement. Le complexe militaro-industriel (OPK) pourrait également faire l’objet d’un remaniement. Alexeï Venediktov, rédacteur en chef de la station de radio libérale Écho de Moscou, écrit sur les réseaux sociaux que le ministre de la Défense Sergueï Choïgou remplacerait le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine à la tête de l’OPK. D’autres sources évoquent Denis Mantourov, ministre de l’Industrie et du Commerce, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

4 mai 2018

Vous êtes actuellement hors ligne