Nord Stream 2 : la bataille écologique

Le 17 janvier, Rosprirodnazdor, l’agence russe de surveillance de l’environnement, a validé le tracé du gazoduc Nord Stream 2, malgré les protestations de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) qui considèrent le passage de ce gazoduc à travers la réserve de Kourgalski comme illégal et catastrophique pour l’environnement. Mikhaïl Kreindline, représentant de Greenpeace Russia, revient sur la lutte qui oppose les ONG à ce projet.

Le Courrier de Russie : Greenpeace s’oppose au tracé actuel du gazoduc Nord Stream 2 en raison des dégâts écologiques que sa construction pourrait provoquer…

Mikhaïl Kreindline : Je ne peux parler que de notre position. Elle est différente de celle de Nord Stream 2 AG [la société mettant en œuvre le projet Nord Stream 2, dont Gazprom est l’unique actionnaire, ndlr] et du gouvernement russe, qui a approuvé ce projet. De notre point de vue, le principal problème est le passage du gazoduc à travers la réserve de Kourgalski. Pour plusieurs chercheurs, cette réserve est l’une des terres les plus fragiles de la partie occidentale de Russie. C’est aussi une zone d’importance internationale. Elle est protégée par la législation russe et deux conventions internationales – la Convention de Ramsar, relative aux zones humides d’importance internationale, et la Convention d’Helsinki, concernant la protection du milieu marin dans la zone de la mer Baltique.

D’après le tracé actuel, le gazoduc Nord Stream 2 traverse le sud de la réserve, une zone qui abrite de nombreuses espèces rares. Le nid des grands aigles de mer par exemple, est situé à 30 mètres de la route prévue. Lorsqu’ils vont débuter la construction, ces aigles seront obligés de quitter leur habitat naturel.

LCDR : Pourtant, sur les documents publiés par Nord Stream 2 AG, il est dit que la construction du gazoduc à travers la réserve n’impactera que 0,14% de cette zone…

M.K : C’est exact, ils ne vont pas détruire une grande partie de la réserve, mais c’est une zone d’habitation essentielle. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Elsa Régnier

Dernières nouvelles de la Russie

International

Centrafrique : La Russie s’installe dans le pré carré français

Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendu récemment au Congo, au Tchad et en Éthiopie pour évoquer les enjeux de sécurité régionale, en particulier la situation en République centrafricaine. Une situation « tendue, difficile », comme la définit le chef de la diplomatie française, et compliquée par l’arrivée inattendue d’un nouvel acteur politique : la Russie. Le 9 octobre 2017, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, se rend à Sotchi pour y rencontrer Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. Un mois plus tard, la Russie obtient, auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, une levée partielle de l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique et s’engage à fournir 900 pistolets Makarov, 5 200 fusils d’assaut, 140 armes de précision, 840 fusils-mitrailleurs Kalachnikov, 270 lance-roquettes et 20 armes anti-aériennes à la République centrafricaine. Le 26 janvier 2018, le premier cargo d’armes russes arrive à Bangui, accompagné de 175 instructeurs destinés à former les soldats centrafricains à leur maniement. Depuis, la présence russe dans ce pays de 5 millions d’habitants ne cesse d’augmenter. Le président Touadéra a créé la surprise, à la mi-mars, en s’affichant entouré de militaires russes et non des traditionnels Casques bleus rwandais de la MINUSCA (mission onusienne en Centrafrique) censés assurer sa sécurité. Le même mois, Artem Kozhine, porte-parole adjoint du ministère russe des Affaires étrangères, rappelait qu’« en vertu des accords existants, la Russie explorait les perspectives de développement mutuellement bénéfique des ressources naturelles centrafricaines. Les concessions d’exploitation de prospection minière ont commencé en 2018. » Plus récemment, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 juin 2018
Société

#ImpactJournalism – Une application contre la démence

« Testez votre cerveau en 5 minutes. » Voilà ce que propose Eyemove, une application créée il y a moins de deux ans par un jeune ingénieur russe, Mikhaïl Iantchnikov. Elle permet de détecter, via l’évaluation de mouvements oculaires, certaines maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson.

16 juin 2018
Mondial 2018

« Merci les mecs, continuez comme ça ! » : Revue de presse au lendemain de la victoire russe

La Sbornaïa a créé la surprise hier, lors du match d’ouverture de la 21e édition de la Coupe du monde de football, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 juin 2018