Les milliardaires russes installés à Londres invités à rentrer au pays

Le délégué aux droits des entrepreneurs auprès du Kremlin et candidat déclaré à la présidence russe Boris Titov a organisé un événement assez inhabituel pour une campagne électorale : il a rencontré, à Londres, ses compatriotes hommes d'affaires pour tenter de les convaincre de revenir s'installer en Russie. Nombre d'entre eux ont fui leur pays natal pour échapper à la justice.Une quarantaine d'hommes d'affaires russes, dont certains très célèbres, ont participé, le 4 février, à une rencontre organisée par Boris Titov à la Maison Pouchkine, le Centre culturel russe de Londres. L'événement a fait salle comble. Plusieurs heures durant, les orateurs ont débattu de la possibilité d'un retour en Russie, où nombre d'entre eux sont poursuivis dans le cadre d'affaires pénales, principalement pour fraude et détournement de fonds.Sur sa page Facebook, Boris Titov explique avoir fait parvenir, à l'issue de cette rencontre, une liste à Vladimir Poutine où figurent les noms de dix hommes d'affaires « désireux de rentrer au pays, mais qui fuient la justice russe au Royaume-Uni ».« J'ai la conviction que les poursuites judiciaires dont ces gens sont l'objet doivent être réexaminées. Je vais intercéder afin que ceux dont la culpabilité ne semble pas avérée soient rayés des fichiers d'Interpol », a annoncé l'économiste, par ailleurs candidat à la prochaine élection présidentielle russe.Dans une interview à la chaîne télévisée russe Rossiya, Boris Titov a encore déclaré qu'à son avis les accusations visant certains hommes d'affaires étaient soit « carrément infondées »,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

L’amnistie de toutes les peurs

Il y a cinq ans, Vladimir Poutine promettait une amnistie pour les exilés fiscaux rapatriant leurs capitaux en Russie. Le FSB (Services fédéraux de sécurité) a pourtant utilisé la déclaration d’impôt d’un de ces «repentis» dans une affaire pénale.

 

10 octobre 2019

Semaine de quatre jours : 
Les 35 heures à la russe

Ce lundi 30 septembre, le ministère russe du Travail rend son avis sur la réduction de la semaine de travail à quatre jours. Le projet est défendu par le Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui avait évoqué l’idée pour la première fois en juin 2019, à la Conférence internationale du travail, à Genève.

 

30 septembre 2019

Vkusvill : Le grand frais venu du froid

En moins de dix ans, les supérettes Vkusvill, spécialisées dans les produits naturels et locaux, se sont imposées dans le secteur russe de la grande distribution. La marque vise désormais le marché mondial.

 

19 septembre 2019