Vladimir Poutine. Crédits : Kremlin.ru

Renaud Girard : « Si il veut rester dans l’histoire, Poutine doit bâtir un État de droit en Russie »

Dans un entretien exclusif en trois parties accordé au Courrier de Russie, Renaud Girard, analyse la dégradation des rapports russo-occidentaux sur fond de crise ukrainienne.Retrouvez ici la première partie de l'interview.Deuxième partie : Au mois de mars 2014, suite à l'annexion et au rattachement de la Crimée, l'Europe et les États-Unis décident de sanctionner l'économie de la Russie. Depuis, les listes de sociétés et de personnalités russes visées par d'autres trains de sanctions se sont multipliées. Ces dernières frappent désormais la Russie, non seulement pour son implication dans la crise ukrainienne mais aussi pour l'ensemble de sa politique extérieure considérée comme agressive, aux États-Unis notamment. On parle de nouvelle « guerre froide ».Renaud Girard est le chroniqueur de politique internationale du Figaro. Depuis plus de trente ans, il couvre les principaux conflits de la planète en tant que Grand Reporter et correspondant de guerre. Géopoliticien, il enseigne la stratégie à Sciences Po Paris. Il a notamment publié Retour à Peshawar (éd. Grasset, 2010); Le Monde en guerre (éd. Montparnasse, 2016) et dernièrement Quelle diplomatie pour la France ? (éd. du Cerf, 2017).Le Courrier de Russie : Comment qualifier les rapports qu'entretiennent aujourd'hui l'Union Européenne (UE) et la Russie?Renaud Girard : Ils sont mauvais. D'abord à cause des sanctions. Je me suis, d’emblée, élevé contre elles. Je tiens à préciser que je tiens les événements du Donbass pour un coup de force de la Russie, que ce n'est pas dans son intérêt, et qu'elle doit rendre ces territoires à l'Ukraine. Mais, il est tout à fait naïf de croire que l'on va faire changer la stratégie d'un pays comme la Russie, qui a résisté pendant mille jours au siège de Leningrad par l'armée allemande ; de penser que l'on va modifier la vision géopolitique d'une telle nation avec des sanctions commerciales. C'est ridicule.Les sanctions sont contre-productives, elles créent un mauvais climat et je suis donc, comme la plupart des dirigeants des grands pays européens, favorable à leur levée. Les deux assemblées françaises ont demandé cette levée des sanctions. Les Espagnols et les Italiens se sont prononcés eux aussi dans le même sens. Il n'y a qu'en Allemagne que les choses sont plus complexes. Là, tout dépend des coalitions au pouvoir.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
Les ingrédients d’une crise franco-russe

Incarcéré pour « escroquerie » depuis le 14 février dernier, le Français Philippe Delpal, associé du fonds d’investissement Baring Vostok, devrait rester derrière les barreaux, au moins jusqu’au 13 octobre prochain. Retour sur un banal litige commercial qui, semaine après semaine, prend des allures de crise politique entre Paris et Moscou.

12 juillet 2019

Cécile Delpal : « Mon mari n’a rien à faire en prison »

Le 21 mai, le tribunal Basmanny de Moscou a rejeté l'appel de Philippe Delpal, qui restera en détention provisoire jusqu'au 13 juillet prochain. L'épouse de l'homme d'affaire français, Cécile Delpal, avait accepté de rencontrer le Courrier de Russie peu avant l'audience.

10 mai 2019

Valery Fadeïev : « La Russie n’a pas encore pris la pleine mesure de son envergure »

Valery Fadeïev est le président de la Chambre civique, la troisième chambre du système parlementaire russe, créée en 2005. Le Courrier de Russie l'a rencontré peu avant son départ pour Paris.

9 mai 2019