Alexeï Koudrine et Boris Titov (photomontage). Crédits : Forum international de l'Université des finances

Titov / Koudrine : lequel a l’oreille de Poutine ?

Vladimir Poutine n’a pas encore annoncé sa candidature à un quatrième mandat qu’un nouveau prétendant s’est lancé, le 26 novembre, dans la course à la présidence : Boris Titov, délégué aux droits des entrepreneurs et leader du Parti de la croissance. L’ancien ministre des Finances Alexeï Koudrine, dont le programme économique fait concurrence à celui de Titov, a déclaré pour sa part qu’il ne participerait pas à la présidentielle de mars 2018.Homme d’affaires, milliardaire en dollars, propriétaire, entre autres, de l’usine de vins mousseux Abrau-Durso, président du Parti de la croissance (le « parti des entrepreneurs », qui a remporté 1,29 % des voix aux législatives de 2016) et, depuis quelques jours, candidat libéral à la présidence, Boris Titov n’a aucune chance ‒ et il le sait ‒ de se retrouver à la tête du plus grand État du monde. « Nous n’ignorons pas que Vladimir Poutine sera le favori incontesté », a-t-il déclaré. Titov et son parti regrettent,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Ramov

Dernières nouvelles de la Russie

Politburo 2.0

Pour prendre les grandes décisions concernant l'avenir du pays, le président russe s'entoure d'un aréopage de neuf hommes. L’influence de ce « Politburo 2.0 », comme l'a baptisé le politologue Evgueni Minchenko -, serait sans commune mesure avec celle de toute autre structure du pouvoir en Russie.

 

27 juin 2019

Pavel Groudinine :
L’avenir nébuleux du communisme en Russie

Pavel Groudinine est au cœur d’un scandale politique. Alors que le président du parti communiste, Guennadi Ziouganov, souhaitait qu’il hérite du mandat du député Jaurès Alferov, récemment décédé, la Commission électorale a mis son veto.

 

1 avril 2019

Ukraine, tous ennemis de l’intérieur

Le premier tour de la présidentielle ukrainienne aura lieu ce dimanche 31 mars. Sur fond de conflit avec la Russie, l’étiquette d’ « agent du Kremlin » et les accusations d’intelligence avec l’ennemi fusent de toutes parts, servant à discréditer les adversaires.

29 mars 2019