|  
43K Abonnés
  |   |  
Alexeï Oulioukaïev, ancien ministre de l'économie. Crédits : Kremlin.ru

Affaire Oulioukaïev : un an après…

Il y a un an, le 14 novembre 2016, l’ex-ministre de l’économie russe Alexeï Oulioukaïev, accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin de 2 millions de dollars à la direction de Rosneft, était arrêté dans les bureaux du géant pétrolier. RBC revient sur les principaux événements survenus dans cette affaire depuis l’arrestation de l’ancien ministre.

La version de l’accusation

Le 14 novembre 2016, le ministre de l’économie russe Alexeï Oulioukaïev est arrêté. Il est accusé d’avoir exigé un pot-de-vin à Igor Setchine, président de Rosneft, pour avoir permis le rachat des parts de l’entreprise Bashneft, dont 50,8 % des actions appartiennent à l’État russe. Il aurait demandé ce pot-de-vin lors du sommet des BRICS à Goa, en Inde, en octobre 2016. Un mois plus tard, Setchine remet personnellement à Oulioukaïev 2 millions de dollars au siège de Rosneft, dans le cadre d’une opération en collaboration avec le FSB. Setchine invite lui-même l’ex-ministre à cette rencontre, qui conduit à l’arrestation de ce dernier.

Igor Setchine. Crédits : Conseil de la Fédération
Igor Setchine. Crédits : Conseil de la Fédération

Le lendemain, le ministre est assigné à résidence, une première en Russie pour un fonctionnaire aussi haut placé. Le même jour, le président russe Vladimir Poutine signe un décret démettant le ministre de ses fonctions pour perte de confiance.

Le 26 juillet, le Parquet entérine l’acte d’accusation contre Oulioukaïev et, le 8 août, le procès de l’ex-ministre débute à Moscou. Depuis le début, Oulioukaïev nie sa culpabilité, qualifiant l’affaire de « provocation ».

Sur écoute

Le 5 septembre, l’accusation lit devant la cour la transcription des propos échangés entre l’ancien ministre et le président de Rosneft au moment de la transmission supposée du pot-de-vin.
L’enregistrement audio de l’échange a été réalisé à l’aide de trois enregistreurs remis à M. Setchine et à deux employés de Rosneft non identifiés. La première transcription lue est celle de l’échange téléphonique qui s’est tenu le 14 novembre 2016, quelques heures avant qu’Oulioukaïev arrive au siège de Rosneft, situé quai Sainte-Sophie, à Moscou. Lors de cette conversation, Setchine explique à Oulioukaïev qu’il lui reste « encore un ordre non exécuté, concernant Goa ». En réponse, Oulioukaïev propose « de discuter de tout », et Setchine invite le ministre dans les bureaux de Rosneft.

Au cours de leur entretien au siège de la compagnie, Setchine et Oulioukaïev discutent principalement des indices financiers, de la capitalisation, des impôts et des concurrents de l’entreprise. À un moment, le chef de Rosneft s’excuse auprès du ministre pour avoir fait durer l’exécution d’une tâche, sans préciser laquelle. La transcription lue par le magistrat s’achève sur l’échange suivant :

Igor Setchine : Excuse-moi d’avoir mis du temps, j’étais en mission à gauche à droite. Il a fallu le temps de récolter la somme. Compte, la mission est remplie. Tiens, prends. Et la clé au cas où.

Alexeï Oulioukaïev : Merci beaucoup.

Le 12 octobre, les enregistrements vidéo de leur rencontre sont présentés au cours d’une audience. Un des films montre Setchine debout devant un garage non loin duquel se trouve le sac contenant supposément les 2 millions de dollars et un peu plus tard pris par Oulioukaïev. La clé dont parle Igor Setchine à la fin de la conversation est celle qui ouvre ce sac.

La défense se montre sceptique devant les preuves présentées. Selon l’avocate Daredjan Kveidze, alors qu’il se trouvait encore en Inde, Setchine a promis du vin au ministre, qui était convaincu que c’était ce que contenait le sac. « Je vais t’offrir un de ces vins. Tu n’en as jamais goûté de pareil », aurait déclaré selon elle Setchine. Ce fameux vin n’est toutefois mentionné à aucun moment dans les enregistrements audio et vidéo.

Un témoin attendu

Les audiences sur le fond de l’affaire démarrent le 1er septembre. Depuis, le Parquet a interrogé 12 témoins, bien qu’une trentaine était initialement prévue. L’un des moments forts du procès a été l’apparition au tribunal d’Oleg Feoktistov, ex-directeur du service de sécurité de Rosneft et général du FSB, le service de sécurité russe.

Son audition s’étant faite à huis clos pour des raisons de sécurité, le public n’a pas pu entendre le témoignage du général, qui, selon RBC, aurait supervisé l’opération ayant mené à l’arrestation de l’ancien ministre.

Alexeï Oulioukaïev, ancien ministre de l'économie. Crédits : Kremlin.ru
Alexeï Oulioukaïev, ancien ministre de l’économie. Crédits : Kremlin.ru

Les journalistes ont pu poser leurs questions à Feoktistov lorsque celui-ci a quitté le tribunal après son audience, qui a duré près d’une heure et demie. Le général du FSB n’a toutefois répondu qu’à une seule : « Vous dormez bien la nuit ? » « Magnifiquement bien ».

Le grand absent

L’apparition au tribunal du président de Rosneft, qui a déclaré en personne qu’Oulioukaïev lui avait réclamé un pot-de-vin, était grandement attendue au tribunal depuis le début du procès. L’attente fut longue : ce n’est qu’au début du troisième mois des audiences que l’accusation a enfin annoncé avoir l’intention de l’interroger. Setchine a été appelé à comparaître le 13 novembre. Cependant, ce jour-là, avant le début de la séance, il a été annoncé que Setchine ne viendrait pas.

Mikhaïl Leontiev, porte-parole de Rosneft, a affirmé que Setchine n’avait pas reçu sa convocation. Selon des sources de RBC, au moment où la convocation devait être délivrée au siège de Rosneft, Setchine se trouvait au sommet de l’APEC à Da Nang, au Vietnam. Plus tard, le Kremlin a expliqué l’absence de Setchine au tribunal en indiquant qu’il participait ce jour-là à des négociations russo-turques à Sotchi.

Néanmoins, au cours des audiences, la juge a déclaré ne pas connaître les raisons de l’absence de Setchine et l’a de nouveau appelé à comparaître. Un peu plus tard, elle a précisé que la convocation avait simplement été refusée au siège de Rosneft. La compagnie n’a pas souhaité commenter la situation.

Avant le début du procès, Rosneft avait déclaré qu’Igor Setchine était prêt à comparaître s’il était convoqué en qualité de témoin, sous réserve de tenir compte de son emploi du temps chargé. Les prochaines audiences auront lieu les 15 et 20 novembre.

Pièce à conviction

Le matin du 8 novembre, avant le début de l’audience, une boîte en carton collée avec du scotch a été présentée devant la cour. Elle contenait les 2 millions de dollars que Setchine aurait remis à Oulioukaïev. L’argent, qui se trouvait dans un sac en plastique à l’intérieur de la boîte, a été disposé en petits tas devant la cour. Les magistrats ont déclaré que « l’accusation n’avait aucun doute sur le fait qu’il s’agi[ssai]t exactement du montant mentionné ».

Le sac d'argent. Crédits : AP - Anastasia Kornia
Le sac d’argent. Crédits : AP – Anastasia Kornia

Un peu plus tard, un grand sac en cuir brun a été présenté à la cour, dans lequel se seraient trouvées des liasses de dollars au moment où Oulioukaïev le portait en sortant des bureaux de Rosneft. L’argent et le sac ont été montrés séparément, un fait sur lequel la défense a attiré plusieurs fois l’attention.

« Le panier avec du saucisson »

Le « panier avec du saucisson » a été pour la première fois mentionné au cours de la séance du 5 septembre, lors de laquelle les magistrats ont lu la transcription des conversations entre Setchine et Oulioukaïev. L’une des dernières phrases prononcées par le patron de Rosneft quelques minutes avant l’arrestation de l’ancien ministre est : « Prends le panier. »

Le panier avec du saucisson. Crédits : Vedomosti
Le panier avec du saucisson. Crédits : Vedomosti

Le lendemain de la lecture de l’enregistrement, Vedomosti a publié une photo d’une corbeille avec du saucisson, sur lequel on peut voir l’étiquette « De la part d’Ivanytch » (diminutif d’Ivanovitch, patronyme d’Igor Setchine). D’après le journal, Igor Setchine offre traditionnellement ce cadeau à ses amis et partenaires commerciaux, ce qu’a confirmé une source de RBC proche de Setchine.

On a appris plus tard que le saucisson avait été détruit en mai 2017 parce qu’il s’agissait d’une denrée périssable. L’avocate Victoria Bourkovskaïa a déclaré ne pas savoir ce qui était advenu de la corbeille et du vin qui s’y trouvait également.

Le comportement d’Oulioukaïev

Le 8 août, jour de l’audience préalable, Oulioukaïev est apparu fortement amaigri. Après la séance, il a expliqué aux journalistes avoir perdu du poids lors de l’enquête. « J’ai perdu 14 kg. Je peux dire merci à notre système judiciaire », a déclaré l’ancien ministre, avant de monter dans le véhicule du Service pénitentiaire fédéral.

L’humeur de l’ex-ministre au tribunal varie en fonction des jours : s’il est parfois extrêmement concentré et silencieux, il se montre le plus souvent confiant et dans une bonne disposition d’esprit, et n’hésite pas à badiner avec la presse.

Certaines des déclarations faites par Oulioukaïev avant le début des séances ont été immédiatement reprises par les grands médias russes. Par exemple, le 7 septembre, lorsque les journalistes, faisant allusion au cadeau de Setchine, lui ont demandé s’il mangeait du saucisson au petit-déjeuner, l’ancien ministre a répondu : « Craignez les Grecs qui font des cadeaux. »

Les journalistes ont pris l’habitude de demander à Oulioukaïev quel est son livre de chevet. Depuis le début de son procès, l’ex-ministre a ainsi eu le temps de lire Tchekhov et Tolstoï, L’Apologie de Socrate, de Platon, Le Procès, de Kafka, et L’Etranger, de Camus.

Alexeï Oulioukaïev est assigné à résidence depuis un an, une peine qui a été prolongée trois fois et restera en vigueur jusqu’au 27 janvier 2018 si aucun verdict n’a été prononcé d’ici là par le tribunal.

Retour sur le premier jour de ce procès à lire ici.

RBC logo

RBC est un quotidien économique national tiré à 80 000 exemplaires. Fondé en 2006, le journal offre des décryptages pointus et détaillés de l’actualité politique et suit les principales tendances du développement des entreprises en Russie.

RBCTraduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

La Russie prolonge son accord pétrolier avec l’OPEP

Les pays signataires de l'accord OPEP+ ont décidé de le prolonger jusqu'à fin 2018. Après cette date, les prix de l’or noir pourraient chuter.

4 décembre 2017
Société

La Russie pourrait perdre un million d’habitants d’ici 2035

Dépopulation, natalité faible, mortalité élevée, migration intérieure... tels sont les défis démographiques de la Russie.

22 novembre 2017
Société

Dopage un jour, suspension toujours

Le Comité international olympique a suspendu à vie et déchu deux skieurs de fond russes pour dopage. Quelles en sont les conséquences ?

2 novembre 2017