Portrait de Ksenia Sobtchak sur le site officiel de sa campagne électorale. Crédits : sobchakprotivvseh.ru

Ksenia Sobtchak, candidate «contre tous»

La très mondaine journaliste, présentatrice télé et fille de l’ancien maire de Saint-Pétersbourg Anatoli Sobtchak, Ksenia, vient d’officialiser sa candidature à la présidentielle russe de 2018 après un mois de rumeurs. De quoi faire couler de l’encre. Décryptage.

« Je suis contre tous » : c’est ainsi que Ksenia Sobtchak, 36 ans, a choisi de se positionner dans une annonce vidéo diffusée sur la chaîne de télévision indépendante Dojd dans la soirée du mercredi 18 octobre. Et par « tous », elle entend ouvertement l’ensemble des dinosaures de la politique russe. « Jirinovski a mené son parti au parlement quand j’avais 12 ans. Ziouganov, quand j’en avais 15, perdait avec soulagement sa première élection. Poutine est devenu président quand j’avais 18 ans. Si cela continue, ces mêmes personnes et leurs doublures se présenteront encore quand mon fils [âgé d’un an] ira voter. Je suis contre cela », lance-t-elle, vêtue de manière décontractée, debout dans une cuisine.

Face caméra, la jeune femme joue la carte de l’alternative plutôt que de l’opposition, en appelant à une spécificité aujourd’hui disparue du système électoral russe : la « case » qui permettait de voter « contre tous ». « Cette case a été retirée afin que nos voix soient plus faciles à voler, et je veux rendre cette possibilité de s’opposer à tous et de dire pacifiquement : C’est bon, les gars, ça suffit. On en a marre de vous », souligne-t-elle.

Côté programme, Ksenia Sobtchak en dit davantage dans un long communiqué transmis à la presse russe. En bref, la candidate du Parti contre tous veut notamment « retirer au gouvernement le contrôle sur les entreprises », […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras