|  
37K Abonnés
  |   |  
Poutine Tourtchak

Le grand ménage automnal chez les gouverneurs russes s’achève en beauté

Jeudi 12 octobre, Vladimir Poutine a congédié le gouverneur de la région de Pskov, Andreï Tourtchak. Il s’agit du onzième responsable régional écarté du pouvoir en l’espace de trois semaines et, certainement, du dernier de cette vague, assurent plusieurs sources gouvernementales des médias russes. Mais Tourtchak est un cas particulier. Explications.

Les rumeurs anonymes sur son départ couraient dans la presse russe depuis une semaine. Andreï Tourtchak, 42 ans, gouverneur de la région de Pskov depuis 2009, quitte ses fonctions à compter du 12 octobre. Tout comme ses dix ex-collègues, il le fait de son « propre gré » et est remplacé temporairement par un jeune nouveau : Mikhaïl Vedernikov, 42 ans, ancien adjoint du représentant plénipotentiaire du président dans le district fédéral du Nord-Ouest, dont dépend Pskov. Mais passons.

Car le plus intéressant, dans le cas Tourtchak, est moins son remplaçant que le processus de son renvoi. D’abord, le départ de l’ex-gouverneur de Pskov clôturerait, selon les informateurs des agences d’information russes, qui ne se sont guère trompés depuis le début, le grand nettoyage automnal parmi les dirigeants régionaux, initié le 25 septembre dernier, et qui a déjà touché dix sujets de la Fédération (Samara, Nijni Novgorod, Nénétsie, Krasnoïarsk, Daghestan, Primorié, Orel, Novossibirsk, Omsk et Ivanovo).

Ensuite, Andreï Tourtchak a été quasiment immédiatement nommé à un nouveau poste. Et pas n’importe lequel : celui de secrétaire temporaire du conseil général de Russie Unie, libéré trois jours plus tôt par Sergueï Neverov, qui a quant à lui repris la tête de la fraction parlementaire du parti au pouvoir, laissée vacante suite à… la nomination de Vladimir Vassiliev à la tête de la république du Daghestan le 3 octobre. Un véritable jeu des chaises musicales, qui place Tourtchak aux côtés des cadors de Russie unie.

Aucun autre gouverneur récemment remercié ne s’est vu offrir une telle opportunité, souligne, intéressé, le politologue Alexandre Kynev. « Tourtchak est le seul à avoir bénéficié d’une vraie promotion. Les dix autres gouverneurs ont soit été renvoyés nulle part, soit se sont vu remettre un lot de consolation », commente l’expert pour Kommersant.

Mais qui es-tu, Andreï Tourtchak ?

Tourtchak gouverneur pskov
Andreï Tourtchak a été gouverneur de Pskov de 2009 à 2017. Crédits : Wikimedia

Andreï est le fils d’un autre Tourtchak : Anatoli, célèbre notamment pour trois lignes de son CV – il dirige depuis 1985 la holding Leninets, spécialisée dans la production de matériel radio pour l’aviation militaire russe, il a siégé dans les années 1990 à la mairie de Saint-Pétersbourg en tant qu’adjoint de Vladimir Poutine, avec qui il a également fait du judo.

Tourtchak junior, pour sa part, a débuté sa carrière politique dans la jeunesse du parti Russie Unie en 2005. Quatre ans plus tard, il était nommé par Dmitri Medvedev, alors président, gouverneur de la petite région occidentale de Pskov. Agé de seulement 33 ans à l’époque, Andreï Tourtchak était l’un des plus jeunes responsables régionaux du pays.

Les résultats de ses huit années de gouvernance s’avèrent toutefois beaucoup moins glorieux que ce départ sur les chapeaux de roue. Dans un article-bilan, la très pro-gouvernementale agence Rossia Segdnia (Ria Novosti) n’hésite ainsi pas à parler de « huit ans à la tête d’une région dépressive », rejetant en partie la faute sur son gouverneur.

L’oblast de Pskov, sous Tourtchak, n’a en effet jamais décollé de la queue du classement socio-économique des régions russes. En 2012 et 2013, elle était 72e sur 83, en 2015, 74e, et en 2016, 76e.

La dette publique régionale a également explosé ces dernières années, passant de 201,5 millions de roubles en 2009 à 14,8 milliards de roubles au 1er janvier 2017, selon les données officielles, citées par Rossia Segodnia.

L’administration Tourtchak n’a toutefois pas échoué sur tous les tableaux : le revenu moyen mensuel de la population de la région est passé de 11 400 roubles en 2009 à 22 000 roubles en 2016, et le nombre de familles dans le besoin, sur la même période, de 14 000 à 12 100.

Le nom d’Andreï Tourtchak revient enfin dans plusieurs affaires tristement retentissantes. Outre le fait que sa famille possèderait une villa d’une valeur d’1,3 million d’euros à Nice, l’ex-gouverneur est aussi accusé par le journaliste Oleg Kachine d’avoir commandité le passage à tabac qui l’avait presque laissé pour mort, en 2010. Le journaliste pense qu’il s’agit d’une vengeance du haut fonctionnaire pour un commentaire offensant dans un article publié sur son blog.

En septembre 2015, Kachine avait même donné les noms de ceux qui, selon lui, l’avaient agressé, citant trois hommes ayant travaillé comme agents de sécurité dans une usine appartenant à la famille Tourtchak. L’ex-gouverneur a toujours nié. Et bien que Dmitri Medvedev, à l’époque président, ait vivement promis de « punir les coupables », l’enquête est toujours en cours.

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

ShortParis, un sacré bon groupe

LCDR Radio s'est plongée dans l'univers des musiciens du groupe russe ShortParis. A lire, écouter et regarder.

20 octobre 2017
Politique

Ksenia Sobtchak, candidate «contre tous»

Ksenia Sobtchak vient d’officialiser sa candidature à la présidentielle russe de 2018 après un mois de rumeurs.

19 octobre 2017
Société

La révolution des prénoms

La Révolution d'Octobre 1917 a apporté son lot de nouveaux prénoms sur le marché des bébés soviétiques.

10 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *