Le pont de Kertch, devant relier la péninsule du Taman à la Crimée, poursuit sa construction. Crédits : Kremlin.ru

Comment les entreprises européennes contournent les sanctions en Crimée

Deux entreprises hollandaises sont soupçonnées d’avoir livré de l’équipement en Crimée en violant le régime des sanctions contre la Russie, rapportent les médias hollandais, mi-septembre. Début juillet, des informations semblables circulaient sur le groupe allemand Siemens. Tour d’horizon de Kommersant.

Les deux sociétés hollandaises auraient fabriqué et assemblé des composants destinés à l’équipement utilisé dans la construction du pont du détroit de Kertch, qui doit relier la péninsule de Crimée à la Russie continentale. En cause : un marteau spécifique, destiné à l’installation des piliers du pont.

L’entreprise Biljard Hydrauliek aurait fabriqué une des pièces principales du dispositif, et le groupe Dematec Equipment l’aurait assemblée et livrée dans la péninsule de Taman. Celle-ci, située dans la région russe de Krasnodar, est séparée de la péninsule de Kertch, en Crimée, par le détroit de Kertch. Les deux entreprises sont ainsi accusées d’avoir enfreint le régime des sanctions, qui interdit à toute compagnie européenne de vendre du matériel ou participer à des projets en Crimée depuis son rattachement à la Russie. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen