Jugé pour extrémisme, le journaliste Alexandre Sokolov écope de 3 ans et demi de prison

Arrêté fin juillet 2015, Alexandre Sokolov avait reçu tout au long de son procès le soutien de nombreuses voix, telles que Reporters sans frontières ou la déléguée aux droits de l’homme en Russie Tatiana Moskalkova.


Jeudi 10 août, le tribunal Tverskoï, à Moscou, a condamné à trois ans et demi de prison ferme le journaliste du très sérieux journal russe RBC, Alexandre Sokolov, accusé d’extrémisme, rapporte Ria Novosti.

Alexandre sokolov journaliste
le journaliste Alexandre Sokolov au tribunal. Crédits : Tot-front

Selon l’accusation, Alexandre Sokolov gérait depuis 2011 un site internet, dont le « but et la mission étaient les mêmes que ceux de l’association Armée de la volonté du peuple », interdite en Russie en 2010, qui appelait à organiser un référendum pour le vote d’un amendement à la constitution permettant à la population de juger le travail du gouvernement. Le parquet général de Russie avait à l’époque estimé que l’organisation faisait la promotion d’un « renversement par la force » du gouvernement et l’avait intégrée à la liste des associations extrémistes, signant sa dissolution.

Alexandre Sokolov, pour sa part, affirme que la réelle motivation de ce procès concerne son travail de recherche et journalistique, principalement orienté sur les investigations d’affaires de corruption au sein de la société étatique Rosnano, ainsi que sur les chantiers des JO de Sotchi et du cosmodrome Vostotchny. Ce dernier article, publié début juillet 2015, avait poussé la Cour des comptes russe à contrôler la base de lancement qui avait par la suite découvert des irrégularités financières proches des calculs de Sokolov, soit 93 milliards de roubles, rappelle RBC.

Arrêté fin juillet 2015, Alexandre Sokolov avait reçu tout au long de son procès le soutien de nombreuses voix, telles que Reporters sans frontières ou la déléguée aux droits de l’homme en Russie Tatiana Moskalkova. L’ONG russe Memorial l’avait également qualifié de « prisonnier politique ». Sokolov avait en outre déposé une plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme pour « infraction à la liberté d’expression ».

Trois autres personnes étaient également jugées au côté d’Alexandre Sokolov. Iouri Moukhine, ancien rédacteur du journal Duel, très proche de l’Armée de la volonté du peuple, a écopé de 4 ans de prison avec sursis, tandis que les activistes de ce mouvement, Valeri Parfenov et Kirill Barabach, ont été condamnés chacun à 4 ans de prison ferme.