gouverneurs Poutine Russie

Gouverneurs : une nouvelle garde pour assurer la croissance

Cinq responsables régionaux ont donné leur démission au cours des deux premières semaines du mois de février. En attendant les prochaines élections, prévues pour septembre 2017, le Kremlin a désigné à leur place cinq jeunes gouverneurs intérimaires. Les experts perçoivent, derrière ces changements, la mise en place d’une nouvelle stratégie de développement de l’économie nationale.

La démission du gouverneur de la région de Carélie, Alexandre Khoudilaïnen, mercredi 15 février, constituait le cinquième départ d’un chef de région russe en l’espace de quinze jours. « Une grande rotation des hauts cadres régionaux et fédéraux est en cours. Et j’ai décidé moi-même, délibérément, de ne pas me présenter aux prochaines élections, qui auront lieu dans 207 jours, a annoncé lors d’une conférence de presse M. Khoudilaïnen, 60 ans, à la tête de la région depuis 2012, ajoutant : Il faut donner la possibilité au candidat du président de se faire connaître en Carélie et de proposer aux habitants une voie de développement digne.»

Le gouverneur emboîte le pas à Viatcheslav Nagovitsyne, 60 ans, gouverneur de la Bouriatie de 2007 à 2017, Viktor Basarguine, 59 ans, gouverneur de la région de Perm de 2012 à 2017, Sergueï Mitine, 65 ans, chef de la région de Novgorod de 2007 à 2017, et Oleg Kovalev, 68 ans, gouverneur de la région de Riazan de 2008 à 2017, qui ont respectivement démissionné les 6, 7, 13 et 14 février.

Cinq gouverneurs intérimaires ont été désignés à leur place. Alexeï Tsydenov, 40 ans, ex-ministre adjoint des transports de juin 2012 à février 2017, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR